A LA UNEAFRIQUEPolitique

Sénégal: un proche de Sonko gardé à vue pour avoir tenu des propos contre les présidents Sall et Ouattara

Au Sénégal, Birame Souleye Diop, seconde personnalité du Pastef et président du groupe parlementaire de la coalition Yewwi Askan Wi, a été placé en garde à vue après des propos concernant la succession du chef de l’État Macky Sall.

 

Le numéro deux du parti d’Ousmane Sonko gardé à vue au Sénégal. Birame Souleye Diop a été interpellé par les autorités sénégalaises pour avoir tenu des propos visant les présidents Macky Sall et Alassane Ouattara. En effet, après l’annonce du président sénégalais qui a renoncé à un troisième mandat à la tête du pays, les forces politiques de l’opposition s’étaient réunies mardi en conférence de presse pour se prononcer sur la succession de ce dernier.

LIRE AUSSI: “Troisième mandat” au Sénégal: Abdoulaye Wade réagit à la déclaration de Macky Sall

A l’occasion, Birame Souleye Diop, député du Pastef a mis en en garde face à un « revirement » du chef de l’État. Et en illustration à ses propos, il a évoqué le cas du président de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, qui avait affirmé ne pas se représenter pour la présidentielle de 2020 dans son pays, avant le décès de son dauphin, Amadou Gon Coulibaly, mais qui a fini par se dédire en se présentant à nouveau pour conduire les ivoiriens pour un autre mandat de cinq ans. « J’avertis les prochains candidats de l’APR : évitez de manger chez lui, évitez de boire son eau, il est capable de vous empoisonner et de dire : comme nous n’avons plus de candidat, je reviens. Et de le faire à la Ouattara. Prenez garde ! », a-t-il déclaré.

LIRE AUSSI: Sénégal: l’intégralité du discours de Macky Sall sur son renoncement au troisième mandat

Les motifs de son interpellation

Face à ces propos du député d’opposition, la réaction des autorités ne s’est pas faite attendre. D’après les précisions de son avocat de , Me Moussa Sarr, Birame Souleye Diop est poursuivi « pour diffamation commise par un membre de l’Assemblée contre un chef d’État étranger de nature à saper les relations diplomatiques de l’État », ainsi que pour « discrédit sur une institution de la République ». Aucun autre détail n’a été donné, mais le parlementaire a réagi lui-même à ses propos.

Dans une vidéo publiée sur les réseaux, il présenté ses excuses publiques. « Nous avons eu des propos, à l’endroit de Macky Sall, qui ont dépassé nos intentions. Voilà pourquoi je déclare humblement mes excuses. », a-t-il rectifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page