A LA UNEBENINSociété

Bénin : 03 Camerounais devant la CRIET pour diffusion d’une annonce frauduleuse sur la douane béninoise

Au Bénin, trois ressortissants camerounais ont été auditionnés le jeudi 14 juin 2024 par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Ils sont impliqués dans une affaire concernant la diffusion frauduleuse d'une annonce de vente aux enchères de véhicules prétendument organisée par la Douane béninoise.

Des Camerounais arrêtés et jugés à la CRIET au Bénin. Les prévenus ont comparu devant le parquet spécial de la CRIET suite à la publication d’un communiqué mensonger au nom de l’administration douanière du Bénin. Ce communiqué, qui prétendait organiser la vente de 24 véhicules de luxe aux enchères, demandait aux potentiels participants de verser une somme de 100 000 francs CFA. Suite à une enquête de la police, les suspects ont été appréhendés.

Lors d’une audience précédente en avril, les trois accusés avaient plaidé non coupables. Lors de l’audience du jeudi dernier, l’un des prévenus a également été interrogé sur une autre affaire concernant un faux communiqué attribué au gouvernement ivoirien, mais il a nié toute implication.


LIRE AUSSI : Bénin : 02 morts dans un accident de circulation sur l’axe Bohicon-Dassa-Zoumè


Concernant le faux communiqué au nom de la Douane béninoise, les accusés contestent fermement les accusations portées contre eux. Une perquisition policière a permis de saisir un nombre significatif de cartes SIM chez les suspects, incluant 86 cartes SIM provenant de trois pays différents, y compris le Bénin, ainsi que 12 téléphones portables selon le juge.

L’un des prévenus, arrivé au Bénin le 24 janvier 2024 et arrêté le 2 février suivant, a déclaré qu’il était engagé dans des activités de transfert d’argent via Mobile Money au Cameroun, activité qu’il a poursuivie au Bénin en utilisant des cartes SIM achetées localement. Cependant, l’une de ces cartes SIM était enregistrée au nom d’une autre personne, ce qui a soulevé des soupçons du côté du ministère public.

À la clôture des débats, le procès a été ajourné au 18 juillet prochain pour la suite des audiences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page