A LA UNEBENINPolitique

Bénin : après sa garde à vue, Jean Eudes Mitokpè dénonce des pressions politiques

Lors d'une conférence de presse tenue ce 17 juin 2024, Jean Eudes Mitokpe a pris la parole pour aborder les événements récents qui ont marqué sa carrière politique et sa vie personnelle. Au centre de son discours, le président du mouvement OB26, a dénoncé les pressions et les tentatives de déstabilisation dont il a été victime, tout en affichant un message de pardon envers ses adversaires.

Jean-Eudes Mitokpè revient sur les circonstances qui l’ont conduit en garde à vue le jeudi 6 juin 2024. Face à la presse ce lundi 17 juin 2024 à Abomey-Calavi, le président d’OB26 revenant sur l’affaire qui l’a opposé à l’un de ses employés a révélé que certaines autorités ont tenté de faire pression sur les enquêteurs impliqués dans son affaire. « Elles ont fait flèche de tout bois, afin que je sois perdant dans ce bras de fer, » a-t-il déclaré. Malgré ces tentatives d’intimidation et les humiliations subies, il a indiqué avoir choisi de garder la tête haute et de rester fidèle à ses principes.

“Une affaire politisée”

Les spéculations autour de cette affaire ont été nombreuses, notamment en raison de l’engagement politique de Mitokpe au sein du mouvement OB26 et de son soutien à la candidature d’Olivier Boko à la présidentielle. Bien qu’il ne puisse pas confirmer si ces pressions étaient directement liées à ses activités politiques, il a souligné l’importance de la vigilance pour éviter que de telles situations ne se reproduisent à l’avenir.

Dans un geste de grande intégrité, Jean Eudes Mitokpè a choisi de pardonner ceux qui ont tenté de l’humilier. « Je choisis aujourd’hui de pardonner à tous ceux qui ont voulu m’humilier, » a-t-il affirmé. En tant qu’homme de devoir, il reste déterminé à contribuer positivement à la société et à poursuivre son engagement pour la justice et la vérité.


LIRE AUSSI : Bénin : au cœur de la garde à vue controversée de Jean-Eudes Mitokpè


“Un engagement renforcé”

Malgré cette épreuve, Jean-Eudes Mitokpè a exprimé sa gratitude envers ceux qui l’ont soutenu et a affirmé que cette expérience n’a fait que renforcer sa détermination. « Je continuerai à défendre la vérité, la justice et les droits de chaque individu, » a-t-il déclaré. Il a également réitéré son soutien à Olivier Boko, soulignant que ce dernier représente une alternative importante pour le Bénin.

Remerciements et appel à la transparence

Jean Eudes Mitokpè a profité de cette occasion pour remercier son avocat, Maître Ludovic Akpado, ainsi que ses proches et ses collègues pour leur soutien indéfectible. Il a également appelé à une plus grande transparence et équité dans le traitement des affaires judiciaires, rappelant le rôle crucial de la mobilisation citoyenne dans la défense des droits.

La conférence de presse de Jean Eudes Mitokpè a été un moment fort, marqué par la dénonciation des pressions subies, l’affirmation de son intégrité et son choix de pardonner. À travers ce discours, Mitokpè a démontré sa résilience et son engagement inébranlable pour la justice, envoyant un message d’espoir et de détermination à ses partisans et à tous ceux qui luttent pour un Bénin meilleur.

L’intégralité de la déclaration

Chers membres de la presse,
Chers amis et soutiens,
Mesdames et Messieurs,

Je vous remercie d’être présents aujourd’hui pour cette conférence de presse qui me permet de m’exprimer sur certains événements récents qui ont affecté ma famille politique, et mes proches. Je vous parlerai donc de l’issue, de cette affaire.
Avant toute chose, je tiens à exprimer ma gratitude à toutes les personnes qui m’ont soutenu pendant cette période difficile. Votre mobilisation, vos messages de soutien et votre engagement ont été une source immense de réconfort pour moi. C’est grâce à vous que la vérité a pu être établie et que justice a été rendue.

Les faits

Le vendredi 7 juin 2024, j’ai été placé en garde à vue par le troisième substitut du tribunal de Calavi, Monsieur Jean Eudes Houngbédji, suite à une plainte déposée par mon gérant, qui m’accusait d’avoir eu recours à des moyens coercitifs lors d’une perquisition à mon domicile. Cette plainte faisait suite à des vols et des actes de vandalisme dont j’avais été victime.

Les développements judiciaires

Lors de mes comparutions devant le procureur qui a repris en charge le dossier, l’employé en question a finalement reconnu l’intégralité des faits qui lui étaient reprochés. Il a par la suite restitué les sommes volées et a réparé les préjudices causés. Ayant signalé au procureur que notre entreprise ne réclamait plus rien, l’affaire a été classée.

Réflexions sur l’affaire

Cette affaire a suscité de nombreuses interrogations et spéculations, notamment en raison de mon engagement politique au sein du mouvement OB26 et de mon soutien à la candidature d’Olivier Boko à la présidentielle. Certains ont même allégué que ma détention pourrait être liée à mes activités politiques. Bien que je ne puisse pas confirmer ces spéculations, il est essentiel de rester vigilant et de s’assurer que de telles situations ne se reproduisent.

Pressions et pardon

Il est important de mentionner que certaines autorités ont tenté de faire pression sur les personnes qui enquêtaient sur l’affaire. Elles ont fait flèche de tout bois, afin que je sois perdant dans ce bras de fer. Malgré les humiliations et les tentatives de déstabilisation, je choisis aujourd’hui de pardonner à tous ceux qui ont voulu m’humilier. En tant qu’homme de devoir, Mon objectif reste la contribution positive à la progression notre société et la poursuite de mon engagement pour la justice et la vérité.

Je suis soulagé et reconnaissant que justice ait été rendue. Aux militants de OB26 et à tous les jeunes qui souhaitent rejoindre notre combat pour un Bénin meilleur, je voudrais dire, que Cette expérience a renforcé ma détermination à poursuivre mon travail en tant que journaliste et mon engagement politique. Je continuerai à défendre dans un premier temps la vérité, la justice et les droits de chaque individu et dans un second la candidature de Olivier Boko. En effet nous ne pouvons pas abandonner Olivier Boko. Il est l’alternative.
Je tiens à remercier mon avocat, Maître Ludovic Akpado, pour son soutien et son professionnalisme. Je remercie également mes proches, mes collègues et tous ceux qui ont cru en mon innocence.
Enfin, je tiens à rappeler l’importance de la transparence et de l’équité dans le traitement des affaires judiciaires, ainsi que le rôle crucial que joue la mobilisation citoyenne dans la défense de nos droits.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page