A LA UNEBENINPolitique

Bénin : des débats houleux annoncés à l’Assemblée Nationale sur le code électoral et la constitution

La première session extraordinaire de l'année 2024 à l'Assemblée Nationale du Bénin, débutée le mercredi 21 février au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo, a été momentanément suspendue en raison de vives controverses liées à la proposition de relecture du code électoral introduite par le groupe parlementaire Les Démocrates. Les travaux sont actuellement programmés pour reprendre ce lundi 26 février, et les enjeux entourant la relecture du code électoral et la révision éventuelle de la Constitution sont considérables.

Les débats à venir au sein de l’Assemblée Nationale du Bénin revêtent une importance cruciale, avec des implications potentiellement majeures pour le paysage politique béninois. La proposition de relecture du code électoral s’annonce comme un sujet sensible, susceptible d’influencer le processus électoral et les règles entourant les scrutins à venir. Les députés devront délibérer sur des questions telles que les modalités de vote, l’éligibilité des candidats, et d’autres aspects clés du processus démocratique.

Parallèlement, la perspective d’une révision constitutionnelle soulève des questions fondamentales sur la structure et le fonctionnement du gouvernement béninois. Les députés devront déterminer les amendements éventuels à apporter à la Constitution, touchant des domaines tels que les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, ainsi que les droits fondamentaux des citoyens.


LIRE AUSSI : Relecture du code électoral au Bénin : les propositions d’amendement du parti Les Démocrates


Les motifs de divergence

Si les députés l’Union Progressiste le Renouveau et le Bloc Républicain, toutes deux des formations politiques soutiens du pouvoir Talon sont favorables pour la relecture du code électoral et la révision de la constitution, il n’en demeure pas point qu’ils aient convaincu leurs collègues de l’opposition. En effet, Les Démocrates, principal parti d’opposition au Bénin et le seul présent à l’Assemblée nationale a certes donné sa disponibilité à prendre part aux travaux liés à la relecture du code électoral. Cependant, Nourénou Atchadé, Eric Houndété et leurs collègues nourrissent de sérieux doutes sur les réels mobiles qui fondent la proposition de révision constitutionnelle portée par Assan Séibou, député du Bloc Républicain.

Ces positions divergentes au sein de l’Assemblée Nationale reflètent probablement des intérêts politiques divergents et des visions concurrentes de l’avenir du Bénin. Les résultats de cette session extraordinaire pourraient non seulement façonner le paysage politique à court terme mais également influencer la stabilité politique et la démocratie à long terme au Bénin.

Ainsi, les débats attendus ce lundi sont bien plus que des échanges politiques ordinaires. Ils détermineront la trajectoire du pays en matière de gouvernance et de démocratie, et l’issue de ces discussions pourrait avoir des répercussions significatives sur le Bénin pour les années à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page