A LA UNEBENINSanté

Bénin : des mesures pour le traitement des affections cardiovasculaires

Au Bénin, des mesures spécifiques sont en cours d’exécution pour le traitement des affections cardiovasculaires et des maladies cancéreuses. C'est l'une des décisions importantes qu'il advient de retenir du compte-rendu du Conseil des ministres tenu ce mercredi 22 mai 2024. 

De nombreuses mesures spécifiques ont été prises à l’issue la rencontre hebdomadaire de l’exécutif béninois ce mercredi 22 mai. En Conseil des ministres, le gouvernement béninois s’est montré préoccupé par la signature “d’une convention-cadre” pour le développement de programmes spécifiques de collaboration en matière d’optimisation des pôles d’excellence médicotechnique, de gestion hospitalière, de recherche, d’enseignement et de formation.

A cet effet, l’Etat béninois entend prendre des contrats spécifiques d’exécution de plusieurs entités sanitaires. Il s’agit notamment des mesures pour le traitement des affections cardiovasculaires et des maladies cancéreuses et le renforcement des capacités de prise en charge des patients dans les établissements hospitaliers du Bénin.


                               LIRE AUSSI : RMI 2024 au Bénin : le gouvernement fixe les dates


Par ailleurs, le Bénin entend également rendre effectif un système de prise en charge d’urgence dans certaines spécialités. « Le renforcement des capacités de prise en charge des patients dans nos établissements hospitaliers, rend indispensable le besoin de développer, sur place au Bénin, des pôles d’excellence dans certaines spécialités pointues en vue de réduire les cas d’évacuations à l’extérieur, tout en garantissant la qualité des soins », peut-on lire du compte-rendu du Conseil des ministres.

Promouvoir des infrastructures de qualité

Toujours dans ce cadre, le Bénin veut renforcer des infrastructures et le matériel de perfectionnement du personnel soignant et d’actualisation des protocoles de soins. Sur ce point, il s’agit des cas tels que des soins palliatifs, des soins aux grands brûlés, des infections ostéoarticulaires, les plaies difficiles, surtout des escarres, de la médecine d’urgence et la traumatologie-orthopédie.

Accomplir un tel besoin sur le plan sanitaire au Bénin, relèverait une grande avancée et surtout, réduirait des cas d’évacuations sanitaires d’urgence dans le pays. Cela relève aussi de l’engagement du gouvernement de Patrice Talon de faire du secteur de la santé l’une des priorités au Bénin. Car c’est la santé qui est avant tout l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page