A LA UNEBENINPolitique

Bénin : des militants mécontents de l’UP-R adressent une lettre ouverte à Joseph Djogbénou

L'installation des structures de base du parti Union Progressiste le Renouveau a dévoilé des tensions internes, générant des contestations au sein de cette formation politique majeure de la majorité présidentielle. Des militants mécontents ont exprimé leur désarroi à la haute direction du parti, dans une lettre ouverte adressée au président Joseph Djogbénou.

Un malaise couve-t-il au sein de l’Union Progressiste le Renouveau? En tout cas, des militants du parti soulignent des problèmes de cohésion et des actes de marginalisation. En effet, dans une lettre adressée à Joseph Djogbénou, président du parti, Gratien Laurent Ahouanmènou, ancien membre du parti Prd et actuel membre de la haute direction de l’UP-R, expose les fissures internes et met en doute l’unité au sein du parti.

Selon leur correspondance citée par consultée par Africaho, les anciens membres du Prd se sentent négligés au sein de l’Union Progressiste le Renouveau. Le signataire évoque les préoccupations selon lesquelles certains membres, en jouant la carte de la marginalisation, compromettent l’unité d’action recherchée. Ahouanmènou dénonce le traitement injuste réservé à ses camarades au sein du plus grand parti de la majorité présidentielle, malgré les rappels répétés.


LIRE AUSSI : Révision de la constitution au Bénin : l’analyse “piquante” de Candide Azannaï


Des menaces de départ

« Nous avons eu l’occasion de vous faire part des traitements peu honorables dont les camarades de la sensibilité PRD sont l’objet au sein de la famille Up le Renouveau. Et depuis lors, avec l’aide du président Adrien Houngbédji, nous avons passé le clair du temps à calmer les esprits. Et à demander aux camarades de considérer les frustrations ressenties comme des difficultés inhérentes au démarrage d’une aventure commune tout en les rassurant que le meilleur reste à venir », a écrit Gratien Laurent Ahouanmènou.

La correspondance souligne par ailleurs que les membres de l’ex-Prd sont exclus des instances de base de l’UP le Renouveau, citant l’exemple d’Akpro Missérété où même le nom du chef de quartier, responsable de la constitution des listes de militants, a été supprimé des fichiers.

À Porto-Novo, la correspondance rapporte que plus de vingt mille militants ont été omis sur les listes, tandis qu’à Cotonou, les militants de l’UP refusent de reconnaître la prééminence des ex-Prd dans la 15e circonscription. Ces situations, susceptibles de compromettre la cohésion interne, font craindre une possible division au sein du parti dirigé par Joseph Djogbénou. Le malaise est évident, et certains partisans d’Adrien Houngbédji menacent même de quitter le parti.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page