A LA UNEBENINPolitique

Bénin: Jacques Ayadji note des imperfections sur la réforme du système partisan

La réforme du système partisan engagée au Bénin, sous la présidence de Patrice Talon, avec à la clé l’adoption de la Charte des partis politiques et du nouveau Code électoral, a durement éprouvé certaines formations politiques comme le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin). Ce dimanche 10 septembre 2023, Jacques Ayadji, Président du parti, a relevé des imperfections sur cette réforme en vigueur depuis les élections législatives de 2019.

 

La réforme du système partisan a-t-elle participé à assainir la scène politique au Bénin? Jacques Ayadji sans forcément répondre par la négative, note cependant des imperfections sur cette ambition portée par Patrice Talon. En effet, sur les ondes de Peace Fm ce dimanche, le président de Moele-Bénin indique dans un premier temps que ‘’la réforme système partisan fait son chemin avec ses succès et ses imperfections’’.

Et plus loin, il décline ces imperfections en trois volets. Selon lui, le premier aspect qu’il convient de parfaire est relatif au ‘’fait que l’idéologie soit encore légalement facultative’’. ‘’Ce n’est pas bien. On devrait imposer une idéologie aux partis politiques’’, pense-t-il. Pour Jacques Ayadji, l’imposition d’idéologie peut ‘’contribuer à la classification de la classe politique’’ parce que l’idéologie ‘’est comme la moelle épinière d’un parti politique. C’est comme l’ADN.’’

LIRE AUSSI: Présidentielle 2026 au Bénin: Olivier Boko, le candidat naturel de la mouvance selon Mitokpè

La deuxième faiblesse que relève l’acteur politique de la mouvance présidentielle est l’absence de mesures dans la charte des partis politiques pour décourager les actes liés à la transhumance politique. ‘’Nous avons aussi noté dans la charte et dans tout le droit positif lié à cette réforme qu’il n’y aucune mesure pour décourager la transhumance politique si bien que nous continuons toujours à avoir des démissions tous azimuts’’, a ensuite déploré le président de Moele-Bénin.

Le point saillant du développement de Jacques Ayadji porte notamment sur les modalités retenues pour le financement des partis politiques. Selon lui, ce financement doit être, contrairement à ce qu’exige la réforme, attribué à toutes les formations politiques reconnues par l’Etat. ‘’La cagnotte doit être répartie. On peut prendre 60% de la cagnotte totale pour répartir équitablement à tous les partis politiques légalement reconnus et puis les 40% restants peuvent être des bonus aux partis politiques qui ont pu lever des sièges’’, a-t-il expliqué.

LIRE AUSSI: Bénin: Eric Houndété s’adresse à Patrice Talon sur la quiétude sociale des citoyens

A noter que le Moele-Bénin, fait à cette date, partie des partis politiques régulièrement enregistrés au ministère de l’intérieur, mais qui ne bénéficie pas du financement public consacré par la Charte des partis politiques. Et son président s’en désole et estime plutôt que ce financement devrait etre élargi à toutes les formations politiques qi ont pu satisfaire aux exigences de l’Etat pour avoir leur existence légale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page