A LA UNEBENINSociété

Bénin : l’activiste Thibaut Ogou recouvre la liberté après 38 mois de prison

Au Bénin, l’activiste Thibaut Ogou, recouvre la liberté. Condamné vendredi 10 mai 2024, à 38 mois de prison ferme par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), l’activiste a été mis en liberté le 7 juin dernier. « C'est une justice que nous avons au Bénin ? » , avait-il lancé après sa condamnation.

L’activiste Thibaut Ogou, l’ancien élément de la gendarmerie nationale du Bénin retrouve enfin l’air frais et la chromhidrose de sa famille. Thibaut Ogou, qu’on ne présente plus au Béninois, est désormais libéré après avoir purgé sa peine de 38 mois à la prison civile de Cotonou.

En effet, selon Bénin Web Tv, l’activiste béninois a été libéré le vendredi 7 juin 2024. Impliqué dans les violences électorales de 2021 selon la justice béninoise, Thibaut Ogou, faut-il le rappeler, était poursuivi pour trouble à l’ordre du déroulement du scrutin présidentiel de 2021. Des accusations que l’activiste opposant a vivement rejetées.


LIRE AUSSI : Gestion de crise au Bénin : l’essentiel à retenir de l’atelier de Dassa-Zoumé


 Thibaut Ogou avait plaidé non coupable

D’ailleurs, lors de ses comparutions, Thibaut Ogou avait plaidé non-coupable devant le juge. Car il avait rejeté toute accusation portée à sa charge, notamment la participation à des manifestations à la veille de l’élection Présidentielle. « C’était un jour de fête. J’ai quitté chez moi à Fidjrossè pour le stade de l’amitié. J’étais devant mon véhicule quand les policiers sont venus me chercher le 6 avril 2021 », avait indiqué l’ancien gendarme, selon des sources dignes de foi.

 Pourtant, c’était peine perdue pour la CRIET

Cependant, toutes ces justifications n’avaient pas empêché à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), de prononcer une sentence de 38 mois de prison ferme et une amende de deux (02) millions de FCFA sur le prévenu. « La justice est morte au Bénin. Vous n’avez pas honte ? » , avait lancé Thibaut Ogou aux juges. « Je suis un cabri mort. Vous pouvez faire de moi, ce que vous voulez », ajoutait-il par la suite.

Après avoir goûté les méandres de la cellule, après avoir sombré dans le traumatisme de la conscience, Thibaut Ogou est aujourd’hui libre de ses mouvements. C’est une bonne nouvelle pour sa famille qu’il a longtemps manquée. Sa libération marque ainsi la fin d’un épisode de film sans issue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page