A LA UNEBENINSociété

Bénin : le Gouvernement alerte sur une nouvelle arnaque en ligne

Le gouvernement béninois a récemment lancé une alerte concernant une nouvelle arnaque en ligne qui sévit dans le pays.

À travers une publication sur la Page Facebook officielle du Gouvernement du Bénin, le public a été mis en garde contre les agissements d’une plateforme d’investissement frauduleuse nommée AzureCharge. Cette plateforme est accessible via un lien spécifique ainsi que plusieurs applications mobiles telles que LoopEarn, Fast Earn et Rapid Earn.

D’après les informations communiquées, cette plateforme utilise l’image du président béninois Patrice Talon et promet des rémunérations très élevées en un temps record. Le gouvernement exhorte donc vivement la population béninoise à faire preuve de vigilance accrue et à se méfier des offres qui semblent trop belles pour être vraies. Il est également recommandé de vérifier systématiquement la légitimité des plateformes d’investissement.


LIRE AUSSI : Etat Civil au Bénin : le gouvernement crée un registre des Béninois vivant à l’étranger


Des mesures sont actuellement en cours pour neutraliser les activités de cette plateforme sur le territoire béninois. Il convient de rappeler que ce n’est pas la première fois qu’une telle situation se produit dans le pays. L’année précédente, la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme a condamné plusieurs individus, dont une ressortissante chinoise et deux Béninois, pour leur implication dans une affaire similaire liée à la plateforme « CameoShell ».

Les accusés ont été reconnus coupables de complicité d’escroquerie via internet et ont écopé de peines d’emprisonnement allant jusqu’à cinq ans, accompagnées d’amendes conséquentes. Cette affaire souligne l’importance pour les citoyens d’être conscients des risques liés aux escroqueries en ligne et de prendre les mesures nécessaires pour se protéger contre de telles pratiques frauduleuses.

Un commentaire

  1. Ces plate formes d’escroquerie fourmillent aujourd’hui au Bénin. Récemment COAGIVA a également fait ravage avant de disparaître avec des centaines de milliers de nos francs. L’OLRC doit prendre des mesures virtuelles sécuritaires pour les repérer tôt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page