A LA UNEAFRIQUESécurité

CPI: la RDC formule une deuxième plainte contre l’armée rwandaise

La République démocratique du Congo a de nouveau saisi la Cour pénale internationale mardi 23 mai, afin de s’assurer que celle-ci se penchera sur le pillage endémique présumé des ressources naturelles dans l’est du pays par les Forces de défense rwandaises et le groupe rebelle M23.

 

La Cour pénale internationale invitée à connaitre du dossier lié au pillage endémique présumé des ressources naturelles par les forces de défendre rwandaises en République Démocratique du Congo. La ministre congolaise d’Etat en charge de la Justice et garde des sceaux, Rose Mutombo, a effectué un dépôt de plainte au bureau du Procureur de la juridiction internationale. Selon ses propos cités par Africanews, l’objectif de la saisine serait d’enquêter et de poursuivre toute personne impliquée dans des violations des droits de l’homme entre 2022 et 2023.

LIRE AUSSI: Sénégal: dix ans de prison requis contre l’opposant Ousmane Sonko pour viols

« La RDC est profondément préoccupée par les graves violations du droit international humanitaire et du droit international des droits de l’homme commises, et qui se perpétuent, contre les populations civiles, ainsi que les pillages systématiques et à grande échelle de ses ressources naturelles par les agents de la coalition RDF-M23 (Rwanda Défense Forces et Mouvement du 23 mars), principalement dans la partie Est de son territoire », a-t-elle  déclaré.

LIRE AUSSI: Rwanda: signature d’un protocole d’accord pour soutenir 180 000 agriculteurs

La présence du groupe rebelle M23 dans l’Est de la RDC

Le groupe rebelle M23 a lancé une nouvelle offensive dans l’est de la RDC en mars 2022, s’emparant de villes et de villages dans la région frontalière avec l’Ouganda. Dans la même année, un rapport d’experts des Nations Unies a constaté une « intervention directe » des forces rwandaises à l’intérieur de la République démocratique du Congo. L’Union européenne a également exhorté le Rwanda à « cesser de soutenir le M23″ et a demandé à Kinshasa de « prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger la population civile sur son territoire ».

LIRE AUSSI: Tchad: le Projet de loi électorale sur l’Organisation du référendum constitutionnel adopté

Descente du procureur de la CPI en RDC

Le pillage endémique présumé des ressources naturelles dans l’est de la République Démocratique du Congo, par les Forces de défense rwandaises et le groupe rebelle M23 va connaitre un autre épisode visiblement capital pour Kinshasa et Kigali. Dans un verdict précédent, la CPI avait déjà condamné trois chefs de milices congolaises – l’un pour crimes de guerre et les autres pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité – pour leur rôle dans les atrocités commises dans l’est de la RDC. Mais Kinshasa soutient ses accusations contre le Rwanda voisin, affirmant que le pays dirigé par Paul Kagamé soutenait le M23 dans les combat qui ont déjà fait, plus d’un million de déplacés.

Le procureur de la CPI, Karim Khan, devrait se rendre à Kinshasa et dans les provinces congolaises touchées par les groupes rebelles du 28 au 31 mai, apprend Africaho.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page