A LA UNEBENINSociété

Crise à la CBDH: les commissaires et le président Capo-Chichi à couteaux tirés

La Commission béninoise des droits de l’Homme traverse une crise qui oppose les commissaires au président Clément Capo-Chichi. Lors d’une assemblée générale ce lundi 23 octobre 2023, huit (08) commissaires sur les dix (10) que compte l’institution ont annoncé la révocation du siège du président. Une décision que ce dernier conteste, indiquant ainsi s’en remettre à la justice.

 

Des commissaires de la Commission béninoise des droits de l’homme en fronde contre le président Clément Capo-Chichi. En effet, 8 commissaires de l’institution, à la faveur d’une « assemblée générale » ce lundi, ont non seulement révoqué ce dernier de ses fonctions à la tête de la CBDH, mais aussi de son statut de membre de l’institution nationale des droits de l’homme.

Selon Le Matinal, le collège des huit commissaires reproche à Clément Capo-Chichi, des faits présumés de conflits d’intérêts dans la passation des marchés publics, de dilapidation des ressources de la CBDH, de légèreté dans le traitement de la PRMP dans les charges fonctionnelles de celle-ci et d’abus d’autorité et de fonction. Pour les frondeurs, ces faits ainsi énumérés sont « graves et punis par le Code des marchés publics et le Code pénal ». En revanche, ils ont saisi le procureur spécial de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme. Les commissaires ont également désigné la vice-présidente Sidikatou Adamon Bissiriou pour assurer l’intérim jusqu’à la désignation d’un nouveau président dans les tout prochains jours.

LIRE AUSSI: Les députés de la 9ème législature promus au sein de l’Ordre National du Bénin

Isidore Clément Capo-Chichi se défend

Contacté par le média, le président de la Commission béninois des droits de l’homme dit simplement ne pas reconnaitre la présente assemblée générale. D’après ses propos, une décision rendue le 19 octobre 2023 par le président du tribunal de première instance de première classe de Cotonou suspend la tenue de l’assemblée générale. En effet, la présente décision de justice a été rendue suite à une requête de Clément Capo-Chichi qui a sollicité et obtenu cette suspension, le temps que la Cour constitutionnelle saisie d’un recours fondé sur l’article 35 de la constitution, rende sa décision.

Par ailleurs, la présente décision dont Banouto, indique avoir eu copie, fait défense à la vice-présidente ou tous autres commissaires à l’exception du président de la Commission béninoise des droits de l’Homme d’avoir à convoquer une assemblée générale de ladite institution.

C’est donc un bras de fer dont l’épilogue semble encore bien loin qui oppose le président de la CBDH aux huit commissaires. Les deux camps devront mettre de l’eau dans leur vin et attendre la décision finale de la justice qui situera sans doute les responsabilités.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page