A LA UNEAFRIQUEPolitique

Crise au Niger: le Togo et le Bénin dos à dos sur l’acheminement des vivres aux populations

La Sous-Secrétaire générale des Nations Unies aux affaires humanitaires et de la coordination des secours d’urgence, Joyce Msuya, a demandé à travers une correspondance en date du 25 août 2023, aux Etats béninois et togolais d’ouvrir un couloir humanitaire pour l’acheminement de l’aide au peuple nigérien. Cette requête a reçu certes, des échos favorables dans les deux pays, mais la diplomatie béninoise a relevé pour sa part, une anomalie et a posé une condition alors que, de son côté, le Togo a exprimé son entière disponibilité.

 

Sous le poids des sanctions de la CEDEAO, les populations du Niger sont au bord du gouffre. Pour ce pays du Sahel qui vivait déjà dans une “pauvreté extrême”, les sanctions économiques prises par l’institution sous-régionale après le coup d’État du 26 juillet épprouvent davantage la situtation économique du pays notamment avec la fermeture des frontières terrestres avec le Bénin et le Nigéria surtout. Dans l’optique de venir en aide à ce peuple, les Nations unies ont recommandé l’ouverture d’un couloir humanitaire pour l’acheminement des vivres aux populations.

Dans une correspondance adressée le 25 août dernier, Joyce Msuya, sous secrétaire des Nations unies en charge des affaires humanitaires et de la coordination des secours d’urgence a demandé aux Etats béninois et togolais d’ouvrir un couloir humanitaire pour l’acheminement de l’aide au peuple nigérien. En réponse, l’Etat togolais, dans une correspondance en date du 15 septembre 2023, du ministre des affaires étrangères de l’intégration régionale et des togolais de l’extérieur, Robert Dussey a réagi favorablement à cette requête. Un acte qui prouve à suffisance, l’entière disponibilité du gouvernement togolais dans la facilitation du travail des agences humanitaires des Nations unies qui apportent une assistance vitale aux populations vulnérables dans le contexte de la crise politico-sécuritaire au Niger.

LIRE AUSSI: Niger: Mohamed Bazoum appelle la Cour de justice de la Cédéao à la rescousse

Les barrages à la frontière bénino-nigérienne

A la suite de cette correspondance des Nations-Unies, le Bénin à travers Olushegun Adjadi Bakari, le ministre des affaires étrangères a confirmé la disponibilité du pays à faciliter l’acheminement de l’aide destinée au Niger mais fait tout de même une observation: « Il m’est revenu que des barrages érigés à l’entrée du Niger par des éléments des forces de défense et de sécurité de ce pays, continuent d’entraver l’acheminement de cette aide », a-t-il fait constater dans une correspondance adressée à l’organisation onusienne.

Le 12 septembre dernier, la junte militaire au pouvoir au Niger a accusé le Bénin d’avoir hébergé sur son territoire, des « mercenaires qui veulent attaquer leur pays ». En raison de cette accusation, les autorités militaires ont renforcé la sécurité aux frontières avec le Bénin à travers l’érection de barrages. Le pyas a également rompu tous les accords militaires précédemment signés avec le Bénin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page