A LA UNEBENINSécurité

Extrémisme violent au Bénin : création d’un réseau de journalistes pour la lutte contre le fléau

Au Bénin, un nouvel acteur s'engage activement dans la lutte contre l'extrémisme violent. Le Réseau des journalistes pour la cohésion sociale et le développement durable (Rjcsdd) a été officiellement lancé lors d'une assemblée générale constitutive. L'objectif principal de ce réseau est de promouvoir le vivre-ensemble et de contribuer à la prévention de l'extrémisme violent à travers une approche médiatique.

Un réseau de journalistes porté sur les baptismaux pour lutter contre l’extrémisme violent et promouvoir la cohésion sociale au Bénin. L’assemblée générale, qui a réuni des journalistes de tous les départements du pays, a élu un bureau exécutif composé de cinq membres. Géraud Lankpoédja a été élu président du bureau, avec un mandat de quatre ans renouvelable, rapporte Banouto. Dans son discours après l’élection, le président a exprimé sa gratitude envers les membres et a affirmé son engagement à travailler avec l’ensemble des journalistes du réseau pour atteindre les objectifs fixés, notamment la promotion de la cohésion sociale et le développement durable au Bénin.

Le réseau a bénéficié du soutien financier de l’Institut républicain international (IRI), dont le directeur résident des programmes, David Thirlby, a salué l’initiative. L’IRI s’est engagé à apporter son soutien aux acteurs médiatiques dans leur combat contre l’extrémisme violent sous toutes ses formes.

L’Union des professionnels des médias du Bénin (UPMB) a également marqué sa présence à l’assemblée générale, représentée par son premier vice-président, Hervé Prudence Hessou. Ce dernier a félicité les journalistes membres du réseau pour leur initiative, soulignant que la spécialisation des journalistes dans des domaines particuliers est une vision partagée par l’UPMB.


LIRE AUSSI : Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme au Bénin : les subtilités de la loi votée au parlement


Une initiative diversement appréciée

Jacques da Matha, ancien directeur général de l’Office de radiodiffusion et télévision du Bénin (ORTB), a salué la création de ce réseau axé sur la cohésion sociale. Convaincu que le développement ne peut se réaliser sans cette cohésion, il a souligné le rôle crucial des journalistes dans le maintien de cette dernière, exprimant sa confiance dans la capacité du réseau à contribuer à la diffusion de la paix dans la société.

La mairie de Cotonou a également apporté son soutien à cette initiative. Gatien Adjagboni, au nom du maire de la ville, a exprimé sa gratitude envers les participants, soulignant l’importance de l’implication des journalistes dans la lutte contre l’extrémisme violent. « Quand les journalistes commencent par s’intéresser à l’extrémisme violent pour conduire la réflexion, je pense que cela donne de l’espoir à la communauté », a-t-il laissé entendre.

Avant le début des travaux de l’assemblée générale, un panel sur l’extrémisme violent a permis aux participants d’évoquer la responsabilité des journalistes dans la prévention de ce phénomène. Les panélistes ont également appelé les pouvoirs publics à soutenir les journalistes dans cette noble tâche.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page