A LA UNEAFRIQUE

Gabon : révélations sur le salaire mirobolant d’Ali Bongo à la Présidence

Les révélations de Média Afrique news relancent le débat sur la rémunération du président de la République, les avantages attachés à cette fonction et la gestion des fonds secrets. Le salaire astronomique du président gabonais Ali Bongo, révélé après sa destitution, donne le vertige. Son successeur a décidé de montrer l’exemple en renonçant à une partie de ses émoluments.

 

Selon des sources de la Direction générale du Budget et des Finances publiques, Ali Bongo percevait un salaire mensuel de 270 millions de francs CFA, ce qui équivaut à environ 411 000 euros. De façon détaillée, son salaire annuel atteignait près de 3,25 milliards de francs CFA, soit plus de 4,9 millions d’euros.

En cumulant les deux mandats présidentiels, Ali Bongo a touché plus de 45 milliards de francs CFA au cours de ses 14 ans à la tête du pays. Ces chiffres dépassent de manière exponentielle les revenus des présidents de certaines grandes nations, notamment les 15 900 euros mensuels du président français et les 33 000 dollars mensuels du président américain.

LIRE AUSSI: Mali: plus de 5800 membres militaires et civils de la MINUSMA ont quitté le pays

Cette révélation sur le salaire d’Ali Bongo a provoqué une vague d’indignation sur les réseaux sociaux, où de nombreux Gabonais se demandent comment un tel écart de revenus est possible, en particulier lorsque le salaire minimum interprofessionnel garanti (SMIG) au Gabon est de seulement 150 000 francs CFA par mois. Les inégalités flagrantes dans la rémunération du chef de l’État et la population en général suscitent des interrogations sur la justice sociale et la distribution des ressources nationales.

En contraste avec cette controverse, le président de la transition, le général Brice Clotaire Oligui Nguéma, a pris une décision inhabituelle en renonçant à son salaire de chef d’État du Gabon. Sa décision a été saluée par de nombreux citoyens, marquant un changement significatif dans la gouvernance du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page