A LA UNEAFRIQUEMONDEPolitiquePolitique

Guerre en Ukraine : sept chefs d’État africains annoncés à Kiev et Moscou pour promouvoir le dialogue

Une délégation de dirigeants africains représentant sept pays membres de l'initiative de paix sur l'Ukraine, comprenant l'Égypte, la Zambie, les Comores, le Sénégal, la République du Congo, l'Ouganda et l'Afrique du Sud, prévoit de se rendre à Kiev et à Moscou.

Des dirigeants africains, artisans de la paix entre la Russie et l’Ukraine. Les présidents de sept pays d’Afrique envisagent d’effectuer un voyage à Kiev et Moscou pour discuter avec les deux pays en guerre depuis le 24 février 2022 où la Russie a lancé une offensive contre l’Ukraine. L’objectif de cette visite, rapporte l’ambassadeur sud-africain à Moscou, Mzuvukile Jeff Maqetuka, cité par l’agence TASS, est d’encourager le président ukrainien Volodimyr Zelenski à engager des négociations avec Moscou.

L’ambassadeur a souligné que le président Zelenski avait signé un décret limitant ses possibilités de négocier avec le président russe Vladimir Poutine. Il a indiqué que les dirigeants africains chercheront des solutions à ce problème lors de leur prochaine visite à Kiev. Ils envisagent ensuite de se rendre en Russie pour présenter une solution au différend.


LIRE AUSSI : RDC : le Premier ministre Sama Lukonde rend sa démission


Les moyens de résolution du conflit

Mzuvukile Jeff Maqetuka a déclaré : « Les dirigeants africains se pencheront sur les moyens de résoudre le problème. Ce qui fait que le prochain volet de négociations débutera à Kiev. Les chefs d’État y viendront pour faire connaître la position exprimée par Poutine à Saint-Pétersbourg, avant de se rendre en Russie et, espérons-le, pouvoir présenter une solution au problème. » Il a ajouté que cette visite pourrait avoir lieu après les élections en Afrique du Sud, programmées pour l’été prochain.

En juin 2023, les dirigeants de ces sept États africains, dirigés par le président sud-africain Cyril Ramaphosa, s’étaient rendus à Kiev et à Saint-Pétersbourg pour présenter une initiative de paix en dix points. Parmi ces points figuraient la désescalade du conflit, des négociations diplomatiques, la garantie de la souveraineté des États conformément à la Charte des Nations unies, l’échange de prisonniers et la reconstruction post-guerre.

En réponse à certains de ces points, Vladimir Poutine avait souligné que l’Ukraine s’était retirée des négociations avec la Russie, malgré la signature d’un accord de paix à Istanbul, accord qu’il a présenté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page