A LA UNEAFRIQUEPolitique

Ibrahim Traoré exprime son admiration pour Assimi Goïta après la reprise de Kidal

Alors que le Sahel a entamé depuis plusieurs années maintenant, une restructuration géopolitique, les autorités militaires à la tête des pays comme le Mali, le Burkina et le Niger accordent leur violon sur une question d’intérêt commun: la lutte contre le terrorisme. Au Mali, la reprise de Kidal, mardi 14 novembre par les Forces armées maliennes (FAMa), appuyés par les soldats de la milice Wagner, a déclenché une admiration saluée partout dans le Sahel et visiblement sur tout le continent.

La reprise de Kidal, sous le contrôle de groupes séparatistes depuis 11 ans vient comme une prime à la lutte collégiale que mènent les dirigeants dans le pays. Dans l’annonce qui a d’ailleurs été faite par l’état-major des armées maliennes, cette reprise qui faut-il le reconnaitre, est d’abord et avant tout, une victoire a été caractérisée comme le symbole d’un enjeu majeur pour la souveraineté de l’État malien.

Figure principale de cette reprise, le Colonel Assimi Goïta, président de la transition au Mali, a souligné l’importance de cette conquête. Faisant allusion à la résolution 2690 (2023) des Nations unies, il a également mis en avant le courage et la détermination des FAMa. Pour lui, cette victoire s’inscrit dans une démarche plus large de restauration de l’intégrité territoriale du Mali, en adéquation avec les résolutions du Conseil de Sécurité des Nations unies.

LIRE AUSSI: Mali: prise de la ville de Kidal par l’armée, départ des rebelles, et maintenant ?

Je rends un vibrant hommage au peuple frère et aux forces combattantes pour leur intrépidité qui offre des perspectives heureuses pour le Mali et l’ensemble des Etats du Sahel. Mes admirations au Président de la Transition malienne, le Colonel Assimi GOITA, pour sa grande vision, sa détermination et son engagement pour un Mali libre et souverain.

Ibrahim Traoré

LIRE AUSSI:  Sénégal: Ousmane Sonko transféré en prison après trois mois d’hospitalisation

L’admiration du président burkinabè

Hors du Mali, cette reprise de Kidal est perçue comme un élement qui vient renforcer la conviction que le combat pour la libération des Etats du Sahel et mérite à cet effet d’être mené. C’est d’ailleurs, ce que le Capitaine Ibrahim Traoré, président de la transition au Burkina Faso a laissé savoir dans un tweet mardi. « Dans une union sans faille, les pays membres de l’AES viendront à bout du terrorisme et pourront bientôt, entamer de véritables actions de développement pour le plein épanouissement de nos vaillants peuples », a-t-il renchéri.

Au Mali, la reprise de la ville de Kidal par les FAMa marque un tournant significatif non seulement dans le pays, mais aussi dans tout le Sahel. En dehors de la souveraineté qu’elle confère au pays sous les affres de l’extrémisme violent, c’est tout de même, une avancée vers l’unité, la stabilité, et le développement prônée autorités militaires dirigées par Assimi Goïta.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page