A LA UNEMONDE

L’armée chinoise encercle Taïwan

La Chine déclenche son opération "manœuvres militaires" visant à encercler Taïwan. Depuis jeudi, ses soldats occupent les îles taïwanaises.

La Chine a, dans le cadre des manœuvres militaires annoncées comme « punition » contre le nouveau dirigeant du peuple Taiwanais et les forces « indépendantistes », commencé par encercler Taïwan avec des navires et des avions militaires.

Selon le média RTS, des navires et des avions militaires chinois ont encerclé Taïwan.  Pékin soutient que ces manœuvres militaires constituent un « sérieux avertissement » aux « séparatistes » de l’île qui finiront « dans le sang ».

A en croire le même média, les manœuvres se déroulent « dans le détroit de Taïwan, au nord, au sud et à l’est de l’île de Taïwan, ainsi que dans les zones situées autour des îles de Kinmen, Matsu, Wuqiu et Dongyin ». Notons que ces dernières îles sont situées à proximité immédiate de la côte est chinoise.

De son côté, Taïwan a fait décoller quatre avions de chasse de la base de Hsinchu, à une soixantaine de kilomètres au sud-ouest de Taipei, d’après le journal de Montréal.


LIRE AUSSI : “Légionnaires français au Bénin” : Wilfried Houngbédji démonte les accusations de Kemi Seba


Le même journal rapporte que des images diffusées par les garde-côtes taïwanais montrent des officiers s’adressant par haut-parleur aux navires chinois. « vos mouvements affectent l’ordre et la sécurité de notre pays, veuillez faire demi-tour et quitter nos eaux », clamerait l’un des soldats taïwanais dans une vidéo.

Baptisées « Joint Sword-2024A », ces manœuvres militaires chinoises interviennent trois jours seulement après l’investiture du nouveau président des taiwanais, Lai Ching-te. Elles ont pour but de vérifier la « capacité de prendre le pouvoir et de frappes conjointes, ainsi que de contrôle de territoires clés », a déclaré vendredi Li-Xi, porte-parole du commandement est-oriental de l’armée chinoise.

Le discours qui ouvre la boîte de Pandore…

Lors de sa prestation de serment lundi, le nouveau dirigeant avait appelé la Chine à « cesser ses intimidations politiques et militaires ». Pour lui, sa République « défendra les valeurs de liberté et de démocratie ». « Je me tiendrai sur la ligne de front avec nos frères et sœurs de l’armée pour défendre ensemble la sécurité nationale », avait-il déclaré.

Quant au Chef de Pékin, Xi Jinping, Taïwan est l’une des provinces de la Chine, qu’elle n’a pas encore réussi à réunifier avec son territoire depuis la fin de la guerre civile chinoise et la fondation de la République populaire de Chine par Mao Zedong en 1949.


LIRE AUSSI : Chine : Vladimir Poutine attendu à Pékin pour une visite officielle


 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page