A LA UNEAFRIQUEBENINPolitiquePolitique

Le ministre béninois des Affaires étrangères donne des clarifications sur la levée des sanctions au Niger

Lors d'une conférence de presse ce lundi 26 février 2024, le ministre des Affaires étrangères béninois, Olushegun Adjadi Bakari, a fourni des explications sur la levée des sanctions contre le Niger, le Mali, le Burkina-Faso et la Guinée, suite au sommet extraordinaire de la CEDEAO à Abuja le 24 février 2024.

Shegun Bakari se prononce sur la levée des sanctions économiques de la CEDEAO au Niger. Le ministre béninois des affaires étrangères lors d’une conférence de presse, a souligné que cette décision de lever les sanctions était en ligne avec la position exprimée par le président béninois Patrice Talon lors d’une récente conférence de presse. Le Bénin, en accord avec ses homologues de la sous-région, a plaidé en faveur de la levée des sanctions, qui a été concrétisée au niveau de la CEDEAO et de l’UEMOA.

« Pour nous, il s’agit d’un jalon essentiel que le Président de la République du Bénin avait annoncé lors de sa conférence de presse, il y a quelques jours, que le Bénin était favorable à une levée des sanctions. Après cette prise de position, de concert avec ses homologues de la sous-région, cette levée des sanctions a été effective au niveau de la CEDEAO mais également au niveau de l’UEMOA », précise le ministre Bakari.


LIRE AUSSI : Sénégal : Macky Sall annonce l’introduction d’un projet d’amnistie générale à l’Assemblée nationale


Selon M. Bakari, les chefs d’État ont agi en tenant compte des défis auxquels font face ces pays du Sahel. Malgré le retrait du Niger, du Burkina-Faso et du Mali de la CEDEAO pour former l’Alliance des États du Sahel (AES), la levée des sanctions vise à préserver l’unité au sein de la communauté ouest-africaine.

Le ministre a souligné l’importance de préserver l’unité au sein de la CEDEAO en tant que communauté de peuples, au-delà des considérations individuelles. Il a affirmé que la CEDEAO n’est pas simplement une organisation, mais une famille de peuples. Selon lui, les chefs d’État travaillent pour maintenir cette unité au sein de la famille ouest-africaine.

La conférence de presse a également abordé la réouverture des frontières entre le Bénin et le Niger, soulignant la détermination de la CEDEAO à poursuivre les démarches pour promouvoir la paix et la stabilité dans la sous-région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page