A LA UNEAFRIQUE

Le Sénégal appliquera la TVA sur les activités numériques à partir du 1er juillet

À compter du 1er juillet 2024, le Sénégal introduira une taxe sur la valeur ajoutée (TVA) sur les activités numériques, une décision prise par le ministère des Finances et du Budget. Cette mesure vise à élargir la base fiscale dans un contexte où le nouveau régime met l'accent sur la mobilisation des ressources internes pour financer les politiques publiques.

À partir du 1er juillet 2024 au Sénégal, une TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) sera appliquée sur les activités numériques. Les prestations de services numériques, selon la définition du gouvernement sénégalais, englobent la fourniture de biens et de services immatériels de toute nature, réalisés de manière automatisée via un réseau informatique et/ou électronique. Les fournisseurs étrangers utilisant leur propre technologie pour fournir ces services numériques devront collecter et reverser la TVA sur leurs ventes en ligne. De même, les commissions perçues par les intermédiaires étrangers lors de la vente de prestations numériques au Sénégal seront soumises à la TVA.

Cette mesure s’applique spécifiquement aux intermédiaires numériques, tels que les plateformes et les places de marché en ligne, qui facilitent les transactions entre fournisseurs et clients via des technologies de l’information.


LIRE AUSSI : Le Sénégal engage un effort soutenu pour la réunification de la CEDEAO


La TVA sera également étendue aux prestations d’intermédiation numérique, au téléchargement et à la diffusion de musique, de films et de jeux en ligne, au stockage et au traitement des données, à la mise à disposition de bases de données, à la gestion de données électroniques, à la mise à disposition d’articles, de journaux et d’informations en ligne, ainsi qu’à l’apprentissage en ligne, l’enseignement à distance et l’hébergement de sites web, d’images et de textes.

Il est à noter que le taux de TVA au Sénégal est généralement fixé à 18 %, à l’exception du secteur de l’hôtellerie et de la restauration, qui bénéficie d’un taux réduit de 10 % depuis la pandémie de Covid-19.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page