A LA UNEAFRIQUEPolitique

Le Tchad déclare l’état d’urgence alimentaire face à l’afflux massif de réfugiés soudanais

Le président de transition du Tchad, Mahamat Idriss Déby Itno, a officiellement déclaré l'« état d’urgence alimentaire et nutritionnelle » sur l’ensemble du territoire. Cette mesure intervient alors que plus d'un demi-million de réfugiés soudanais ont afflué vers le Tchad au cours des dix derniers mois.

À travers un décret présidentiel rendu public vendredi dernier et signé jeudi par le président de transition, le Tchad a pris des mesures face à la crise humanitaire croissante. Bien que le décret ne fournisse pas de détails spécifiques sur les actions à mettre en œuvre ni sur le nombre exact de personnes concernées, il fait écho aux avertissements antérieurs du Programme alimentaire mondial des Nations unies (PAM).

Le PAM avait alerté en novembre dernier sur un risque d’« arrêt imminent » de son assistance alimentaire en raison de l’afflux massif de réfugiés soudanais, à moins que des fonds internationaux suffisants ne soient mobilisés.


LIRE AUSSI : Le 37e sommet de l’UA s’ouvre sur fond de crises multiples en Afrique et à l’international


Avant l’escalade du conflit au Soudan, le Tchad, qui accueille déjà plus de 1,1 million de réfugiés, principalement en provenance du Darfour, faisait face à une crise humanitaire complexe. L’arrivée de plus de 546 770 nouveaux réfugiés au cours des derniers mois, selon les données du Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR), a considérablement accru la pression sur les ressources alimentaires et nutritionnelles.

Cette situation préoccupante survient alors que le Tchad doit également faire face à des défis internes, notamment des déplacements forcés dus aux conflits armés opposant divers groupes rebelles au gouvernement de transition. Avec une population totale de plus de 1,57 million de personnes déplacées de force, les réfugiés représentent une part significative de cette crise complexe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page