A LA UNEAFRIQUE

Mali: les relations sous pression entre l’exécutif et la MINUSMA

Les relations entre le gouvernement malien et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) sont sous pression à la suite d’une annonce prématurée de retrait des troupes de la MINUSMA des postes avancés de Kidal. Le Mali appelle à un respect strict du plan de retrait convenu pour éviter toute complication dans la transition.

 

Les tensions montent entre le Mali et la MINUSMA suite à une décision unilatérale de la MINUSMA concernant le retrait de ses troupes des postes avancés de Kidal. L’accord initial prévoyait un désengagement entre le 15 et le 30 novembre 2023, mais la MINUSMA a annoncé son intention de quitter les lieux plus tôt que prévu, laissant le gouvernement malien mécontent.

Le Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale du Mali a exprimé son insatisfaction à l’égard de cette annonce prématurée, en particulier en ce qui concerne l’accueil de 111 membres du bataillon des Forces Armées Maliennes dans le camp de Kidal, pour des raisons humanitaires. Cette initiative a été perçue comme un acte unilatéral, car elle n’a pas suivi le calendrier convenu avec le gouvernement malien.

LIRE AUSSI: Côte-d’Ivoire : Ouattara nomme Robert Beugré Mambé au poste du Premier ministre

La situation s’est compliquée lorsque des éléments de la Coordination des Mouvements de l’Azawad (CMA), dont certains faisaient partie du bataillon des Forces Armées Maliennes reconstitué (BATFAR), ont trahi les Forces Armées Maliennes (FAMA) et ont occupé Kidal, provoquant des interrogations sur la position de la MINUSMA dans cette affaire.

Face à cette situation tendue, le Mali a réitéré son engagement à coopérer avec les Nations Unies mais a souligné l’importance de respecter le plan de retrait. Le gouvernement malien a également affirmé que les Forces de défense et de sécurité maliennes ont l’intention de prendre en charge les camps et les zones d’influence de la MINUSMA conformément aux normes des Nations Unies.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page