BENINA LA UNEAFRIQUEPolitiquePolitique

Niger: les Chefs d’Etat de la Cédéao sont manipulés par la France selon Nicéphore Soglo

Les sanctions imposées par les Chefs de l’Etat de la CEDEAO et surtout l’option militaire restent incompris dans la sous-région ouest-africaine. Au Bénin, les réactions s’intensifient et deviennent plus en plus insistantes. Sur la question, l’ancien président Nicéphore Dieudonné Soglo s’est pour sa part, positionné vis-à-vis de la méthode utilisée par la CEDEAO pour la gestion de cette crise née du coup d’État du 26 juillet 2023.

 

Nicéphore Soglo ne comprend pas la gestion que les présidents des Etats membres de la Cédéao font de la situation socio-politique délicate qui prévaut actuellement au Niger. L’ancien président évoquant le sujet, l’ancien président béninois voit plutôt une énième manipulation de la France, rapporte Bénin Web Tv. Connu pour son opposition au néocolonialisme, il accuse des dirigeants africains d’être dans des combines avec l’ex-colonisateur qui continue de jouer un rôle paternaliste dans plusieurs pays.

« Ils se mettent au garde à vous devant Macron. Les « types » de la CEDEAO se sont déshonorés. C’est honteux », a-t-il regretté. L’ancien président déplore surtout la non consultation des parlements des pays membres, avant les déclarations de certains Chefs d’État qui se disent prêts à engager leurs pays dans cette aventure aux conséquences dangereuses.

LIRE AUSSI: Crise au Niger: l’Eglise catholique du Bénin s’oppose à l’option militaire de la Cédéao

Souveraineté des pays africains

Dans son intervention sur Afrique-24, Nicéphore Soglo relève le caractère inapproprié de l’approche de la CEDEAO dans les conflits comme celui nigérien. En effet, il pose l’éternelle question de la souveraineté des pays africains après la période coloniale. Il se désole que plusieurs années après les fameuses indépendances, la France se comporte toujours comme une sangsue qui ne veut pas lâcher les baskets aux africains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page