AFRIQUEPolitique

Niger : L’Ordre des avocats exprime des préoccupations quant aux atteintes au respect de la légalité dans la lutte contre la délinquance financière

Au Niger, l'Ordre des avocats soulève des inquiétudes concernant des violations des droits dans le cadre de la lutte contre la délinquance financière. Dans un communiqué adressé le samedi 17 février au Conseil national pour la sauvegarde de la patrie (CNSP), actuellement au pouvoir, le barreau met en lumière les actions de la Commission de lutte contre la délinquance économique, financière et fiscale (COLDEEF), établie en septembre dernier.

Le barreau constate des « graves manquements au respect de la légalité et des libertés publiques » au Niger. Il sollicite l’intervention du CNSP pour remédier à cette situation. Selon le communiqué consulté par Africaho, plusieurs faits contraires aux textes fixant le respect de la légalité et des libertés publiques dans le pays fondent les inquiétudes ainsi exprimées.


LIRE AUSSI : Union Africaine : après plusieurs mois de blocage, la Mauritanie prend la présidence tournante


Les clarifications des avocats

Maître Oumarou Sanda Kadri, bâtonnier de l’ordre des avocats du Niger, contacté par RFI donne plus de précisions.  « Il y a des personnes interpellées et puis mises en détention dans des conditions illégales. Deuxièmement, il y a une commission qui a été mise en place et qui est chargée de lutter contre la délinquance économique. Devant cette commission, les citoyens ont le droit de se faire assister par leur défenseur, mais cela nous a été empêché, ce qui est contraire à la loi. Nous avons essayé d’alerter le procureur général, qui n’a pas donné suite à notre lettre. La situation persiste. Nous avons estimé nécessaire d’attirer l’attention des pouvoirs publics. Nous ne sommes pas contre toute investigation qui va permettre que l’État puisse recouvrer les sommes détournées, mais nous disons que les citoyens ont également le droit à l’assistance de leur avocat. Le CNSP est aujourd’hui au pouvoir, il a réaffirmé son attachement à l’état de droit et seul le respect de la loi va permettre aux citoyens d’avoir confiance en l’État », a tenu à souligner maître Oumarou Sanda Kadri.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page