A LA UNEAFRIQUEPolitique

Niger : silence de la junte face à la levée des sanctions de la CEDEAO, des appels à l’acceptation se font entendre

Lors du sommet extraordinaire de la CEDEAO à Abuja, la décision de lever les sanctions contre le Niger a été annoncée. Suite au coup d'État militaire du 26 juillet 2023, le Niger faisait face à des sanctions ayant des répercussions importantes sur les populations, notamment sur le plan économique. Bien que la fin des sanctions semble imminente, la junte du CNSP n'a toujours pas réagi aux décisions de la CEDEAO.

La levée des sanctions pourrait avoir des implications rapides, notamment en ce qui concerne la réouverture des frontières terrestres. Actuellement, le pont reliant le Niger au Bénin reste barricadé du côté nigérien. Les blocs de béton installés ont été une mesure de précaution contre d’éventuelles opérations militaires de la CEDEAO.

Selon l’économiste Adamou Louché Ibrahim, cité par RFI, la levée des sanctions nécessitera des ajustements techniques et opérationnels dans les transactions financières, permettant aux banques nigériennes de disposer de liquidités suffisantes pour répondre aux obligations économiques du pays.


LIRE AUSSI : Niger : la Cédéao confie le dossier de Mohamed Bazoum au Bénin, à la Sierra Leone et au Togo


Malgré l’annonce de la levée des sanctions, la junte du CNSP n’a pas encore réagi. Pour Adamou Louché Ibrahim, cette inertie reflète les tensions politiques persistantes. Cependant, des voix s’élèvent, appelant les autorités à être plus conciliantes et à accepter cette main tendue dans l’intérêt de la population, qui aspire à reprendre une vie quotidienne normale.

L’économiste nigérien souligne que les autorités ne pourront maintenir ce statu quo indéfiniment, d’autant plus que le mois de Ramadan approche, et la pression populaire en faveur d’une résolution pacifique des tensions politiques devrait s’intensifier.  « Les autorités vont finir par se faire rattraper par la réalité du quotidien ; il me semble que la population a été très éprouvée. D’ailleurs, il y a des voix qui commencent à s’élever pour essayer de pousser les autorités à être un peu plus conciliantes et surtout, d’accepter cette main tendue et d’essayer d’agir dans l’intérêt de la population qui n’attendait que ça pour essayer de reprendre sa vie quotidienne. », a-t-il fait savoir selon ses propos cités par RFI.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page