A LA UNEBENINPolitique

Présidentielle 2026 au Bénin: Michel Alokpo dévoile le duo gagnant des démocrates

Le parti Les Démocrates, en vue de la conquête du pouvoir d’Etat en 2026 au Bénin a procédé les 14 et 15 octobre derniers, à un réajustement de son bureau politique national avec notamment, la désignation de Boni Yayi, comme président du parti. Interrogé sur cette actualité qui continue de faire grand bruit, le pasteur Michel Alokpo, connu dans l’écosystème politique souligne la pertinence du choix et dévoile le schéma « gagnant » des démocrates pour la succession de Patrice Talon.

 

Boni Yayi est le seul à pouvoir aider les démocrates à conquérir le pouvoir en 2026 au Bénin. C’est du moins, ce que pense le pasteur Michel Alokpo qui est revenu sur les grandes résolutions prises au terme du premier congrès ordinaire de la principale formation politique d’opposition dans le pays. En effet, invité dimanche 29 Octobre sur l’émission « Cartes sur table » de Océan Fm, l’homme de Dieu a salué la clairvoyance des autres responsables du parti, pour avoir accepté l’ex-Chef d’Etat et président d’honneur du parti, prendre les rênes de Les Démocrates.

LIRE AUSSI: Bénin: OB26 renforce la mobilisation autour de la candidature d’Olivier Boko à Djougou

« Houndété-Atchadé, le duo gagnant de 2026 »

Selon le rapporteur général du Cadre de concertation des confessions religieuses, le seul parti d’opposition à l’Assemblée Nationale ne pourra gagner la présidentielle de 2026 qu’à une seule condition: présenter comme duo du parti, Eric Houndété et Nourénou Atchadé. Ce faisant, insiste-il, Les Démocrates brouillerait les chiffres de confort de la mouvance présidentielle, qui de son côté, pèsera beaucoup en influence pour maintenir le pouvoir d’Etat dans son camp..

Michel Alokpo estime qu’avec ce plan, Boni Yayi pourra pendant la campagne, occuper tout le nord du pays au moment où le premier vice-président Eric Houndété étendra son hégémonie sur le sud. En ce moment, ajoute-il, le député Nourénou Atchadé s’occupera de la Donga. Des calculs qui selon lui, pourraient jouer en faveur du parti d’opposition et crée la surprise à l’issue du scrutin, et ce, si Dieu le veut, a conclu le pasteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page