A LA UNEAFRIQUEPolitique

Référendum au Tchad: l’opposition en difficulté, la campagne du «oui» bat son plein

Au Tchad, le référendum constitutionnel a lieu le 17 décembre 2023 afin de permettre aux populations de se prononcer sur l'adoption d'une nouvelle Constitution devant remplacer celle de 2018. A moins d'une semaine, une multiplication d'évènements organisés par le camp du « oui », défendu par le gouvernement embrasent le pays au détriment des forces d'opposition qui peinent à se faire entendre, faute de moyens matériels et financiers. 

Les opposants au référendum tchadien tentent de se faire entendre durant la campagne qui va prendre fin cette semaine. À Ndjamena, la coalition pour le « oui » a multiplié ces derniers jours les meetings, autour de l’ex-parti au pouvoir MPS, en faveur de la constitution, rapporte RFI. Samedi 9 décembre, ajoute le média français, le camp pour la constitution – le pouvoir – a rempli le stade de Diguel dans le 7e arrondissement.

C’est d’ailleurs le même scénario en province avec les partisans du régime au pouvoir. La semaine écoulée, le chef du gouvernement Saleh Kebzabo lui, a regagné la capitale après une semaine dans le Sud et il est attendu cette semaine encore dans les provinces du centre et du Nord. Les ministres de leur côté font le même exercice et multiplient les missions. Des nomades du Barh el-gazel aux chefs coutumiers du Tibesti, tous les interlocuteurs sont également mobilisés.

LIRE AUSSI: La CEDEAO désormais prête pour une « transition courte » au Niger

Succès Masra, aussi en tournée pour le non

Alors que la campagne est ouverte, et pour le oui, et pour le nom, un convoi prônant l’abstention au référendum avait été empêché et dispersé jeudi 7 décembre informe RFI. Le directeur général de la police nationale interrogé par les médias, a condamné l’incident en relevant un « manque de professionnalisme » des agents fautifs et en promettant des mesures disciplinaires. Et à la tête de ce convoi, l’opposant Succès Masra qui poursuit sa tournée pour le non malgré le manque de moyens et de couverture médiatique.

Au Tchad, le gouvernement militaire de transition, dirigé par le général Mahamat Idriss Déby depuis la mort en 2021 de son père, le président et maréchal Idriss Déby Itno est favorable au référendum. Le projet de constitution consiste essentiellement en un retour à la Constitution de 1996 avec le passage d’un régime présidentiel à un régime semi-présidentiel ainsi qu’un renforcement des droits fondamentaux. S’il est adopté au référendum, le texte ouvrira ainsi la voie à une candidature de Mahamat Idriss Déby à l’élection présidentielle à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page