A LA UNEBENINSociété

Salaire pour les femmes au foyer : « une stupidité du féminisme à la béninoise » selon Angela Kpeidja

La journaliste et militante féministe Angela Kpeidja a exprimé une opinion divergente de celle de la présidente de l'Institut national de la femme (INF), Huguette Bokpè Gnacadja, concernant la question de la rémunération du travail domestique des femmes au foyer.

Faut-il rémunérer la femme au foyer ? Angela Kpeidja contredit la présidente de l’Institut National de la Femme, Bokpè Gnacadja. Dans un post sur Facebook intitulé « Salaire pour les femmes au foyer: une stupidité du féminisme à la béninoise », publié le 29 mars 2024, la journaliste a clairement exprimé son désaccord sur cette question qui a suscité une polémique au Bénin.

La controverse a émergé à la suite des déclarations de la présidente de l’INF lors d’une émission télévisée sur la rémunération des femmes au foyer. Huguette Bokpè Gnacadja a affirmé qu’il était juste de rémunérer le travail des femmes au foyer, argumentant que si certains foyers paient des employés de maison pour ces tâches, les femmes qui les effectuent méritent également une rémunération.


LIRE AUSSI : Bénin : « J’estime que c’est une justice que de rémunérer le travail des femmes au foyer », Huguette Bokpè Gnacadja


Angela Kpeidja a contredit cette position en soutenant que rémunérer le travail domestique des femmes au foyer reviendrait à chosifier la femme et à ouvrir la voie aux violences. Elle a souligné que de nombreuses femmes sont diplômées et ont parfois choisi de rester à la maison pour s’occuper des enfants en accord avec leur conjoint, ou par manque de moyens pour subvenir à leurs besoins. Elle a également estimé que demander une rémunération pour cette période de la vie des femmes n’était pas la meilleure forme de reconnaissance, car cela pourrait les empêcher de reprendre une carrière une fois que leurs enfants sont plus grands.

Pour Angela Kpeidja, le véritable objectif du féminisme est d’améliorer la cohabitation des deux sexes en réduisant les inégalités, plutôt que de pressurer les hommes et de les féminiser.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page