A LA UNEAFRIQUEPolitique

Sénégal: plusieurs morts dans les heurts après la condamnation de Ousmane Sonko

Au Sénégal, les violentes manifestations qui ont éclaté jeudi 1er juin 2023 après la condamnation de Ousmane Sonko ont fait plusieurs morts et des blessés.

 

De violentes manifestations sont nées après la condamnation, jeudi 1er juin 2023 de l’opposant Ousmane Sonko. De ces manifestations, plusieurs personnes y ont déjà laissé leur vie. Selon le ministre de l’intérieur Antoine Diome, neuf personnes sont mortes après une journée de manifestation.

Dans sa déclaration, il a fait savoir que ces “violentes manifestations ont entraîné des destructions sur des biens publics et privés et malheureusement  neuf morts à Dakar et à Ziguinchor”. En appelant tout le peuple au calme et à la sérénité, il a rassuré que des mesures idoines sont prises afin d’assurer la sécurité des personnes et des biens.

LIRE AUSSI :Sénégal: des heurts éclatent à Dakar après la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko

Coupure de l’internet, mesure pour stopper les messages haineux

À en croire les informations, l’accès à l’internet a été coupé. Un fait qui se justifie selon le ministre de l’intérieur.

[…] Ayant constaté sur les réseaux sociaux la diffusion de messages haineux et subversifs, l’État du Sénégal en toute souveraineté a décidé l’usage de certaines applications digitales par lesquelles se font des appels à la violence et à la haine, a-t-il informé.

Il n’a pas manqué de rappeler aux médias le devoir est le leur. Celui de “respecter le code de la presse qui permet à l’autorité administrative de prévenir ou de faire cesser toute atteinte à la sûreté de l’État, à l’intégrité nationale ou tout cas d’incitation à la haine ”.

LIRE AUSSI : Sénégal: le Pastef appelle à la mobilisation après la condamnation d’Ousmane Sonko

Pour rappel, l’opposant Ousmane Sonko a été acquitté, jeudi 1er juin 2023 par la justice sénégalaise pour les faits de viol et de menaces sur Adji Sarr. Alors que le chef de Pastef avait annoncé sa participation aux élections présidentielles de 2023, il est malheureusement condamné à 2 ans de prison ferme pour “Corruption de la jeunesse ”. Ce qui l’empêche définitivement de se présenter. Une condamnation considérée comme une instrumentalisation de la justice par le Président Macky Sall.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page