A LA UNEAFRIQUEPolitique

Tensions au Sénégal: Macron joint Macky au téléphone, les coulisses de leur conversation

Le président français a joint dimanche 4 juin dernier, le président Macky Sall par appel téléphonique à la suite des heurts qui ont éclaté au Sénégal, depuis la condamnation de l’opposant Ousmane Sonko. Au téléphone, Emmanuel Macron a indiqué la porte de sortie à son homologue sénégalais.

 

La France s’invite dans le débat qui oppose l’opposition au pouvoir de Macky Sall au Sénégal. Dimanche dernier, le président Emmanuel Macron – sans doute soucieux de la situation – a contacté son homologue sénégalais par voie téléphonique, informe Jeune Afrique. Selon le média, le président français a « laissé entendre » à son homologue sénégalais « que la France pourrait l’appuyer s’il décidait de se tourner vers d’autres horizons à l’issue de son mandat actuel. Soit une manière diplomatique de l’encourager à ne pas briguer de troisième mandat ». Une proposition qui pourrait être perçue comme une formule pour la France de renouveler ses appels à Macky Sall afin que ce dernier renonce à briguer un troisième mandat.

LIRE AUSSI: Sénégal: Adji Sarr fait appel du verdict du Tribunal dans son procès contre Ousmane Sonko

Macky Sall répond…

Réagissant à cette proposition que le site Seneweb considère comme une « une porte de sortie si (Macky Sall, ndlr) venait à renoncer à briguer un troisième mandat », le président sénégalais a fait savoir à Emmanuel Macron qu’il s’adresserait à ses concitoyens à la fin du dialogue national. Sans donner des précisions sur la substance de la réponse du président sénégalais à Emmanuel Macron, RFI pour sa part, indique que c’est une position que Macky Sall a d’ailleurs réaffirmée mercredi à l’issue du conseil des ministres tenu mercredi 7 juin dernier.

LIRE AUSSI: Tensions au Sénégal: Macky Sall rompt le silence et fait des annonces

Dans un communiqué au terme de la rencontre hebdomadaire avec ses ministres, le président sénégalais en fin de mandat e en effet, condamné ces « agressions extrêmement graves contre l’Etat, la République et les institutions » et dont l’objectif selon lui « était sans aucun doute de semer la terreur et de mettre à l’arrêt notre pays ». Macky Sall a ensuite annoncé des «enquêtes judiciaires immédiates» avant de préciser que l’objectif de ces différentes investigations est de  « faire la lumière sur les responsabilités liées à ces évènements »  qui ont eu lieu entre le 1er et le 3 juin à Dakar.

LIRE AUSSI: Tensions au Sénégal: le gouvernement annonce des « enquêtes judiciaires immédiates »

 « Le troisième mandat »

Les heurts enregistrés au Sénégal ces derniers jours ont pour dénominateur commun, la question d’un éventuel troisième mandat du président Macky Sall. La condamnation du leader du Pastef pour «corruption de la jeunesse» n’a fait qu’envenimer la situation déjà délétère dans le pays. Dans le rang des forces de l’opposition, cette condamnation est perçue comme pour empêcher Ousmane Sonko qui a déjà annoncé sa candidature pour la présidentielle de 2024.

Les regards sont donc tournés sur les résolutions du dialogue national à l’issue duquel, Macky Sall va se prononcer pour situer les sénégalaises et sénégalais.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page