A LA UNEAFRIQUEPolitique

Tentative de coup d’Etat contre Bazoum : les dessous d’une crise en “perte de contrôle”

Ce mercredi 26 juillet au Niger, des militaires ont bloqué les accès à la présidence de a République laissant agiter au sein de l’opinion publique, l’idée d’une tentative de coup d’Etat contre le Chef de l’Etat Mohamed Bazoum. Mais de sources proches de l’éxécutif nigérien, Africaho apprend de nouveaux détails qui tendent à rassurer sur la situation.

 

Que se passe-t-il réellement au Niger ? Tôt dans la matinée de ce mercredi 26 juillet 2023, les abords de la présidence nigérienne ont été bloqués par des éléments de la garde présidentielle, a rapporté Jeune Afrique. Pris d’incertitude et de doute sur la nature réelle de la situation qui prévalait, certaines sources ont aussitôt évoqué une « tentative de coup d’État » contre Mohamed Bazoum, président de la République nigérienne.

Plusieurs médias ont d’ailleurs cité une source militaire régionale, qui a indiqué le chef de l’État nigérien est actuellement retenu par les mutins dans sa résidence, à Niamey. Les sources ont ensuite indiqué que le nombre de militaires impliqués dans l’opération était encore. Une autre source proche de la présidence a pour sa part, affirmé que Mohamed Bazoum est « sain et sauf » et « en train de négocier » avec les militaires impliqués.

LIRE AUSSI: Niger: tentative de coup d’Etat contre Mohamed Bazoum, la chaude réaction du gouvernement

Les dessous de la situation

La garde présidentielle nigérienne est dirigée par le général Omar Tchiani, déjà en place sous le régime de Mahamadou Issoufou, et que Mohamed Bazoum a conservé à son poste en arrivant au pouvoir, en 2021. Selon de bonnes sources, le chef de l’État envisageait, ces derniers jours, de le démettre de ses fonctions. Aux environs de 8h30 (heure locale), le calme semblait revenu aux abords du palais présidentiel, selon plusieurs témoins présents sur les lieux. Mais la situation restait « confuse », indique une source militaire régionale, selon laquelle il n’y aurait pas eu d’échanges de tirs.

Mais d’autres sources ont confié à Africaho que Mohamed Bazoum a récemment prononcé, l’admission à la retraite de certains généraux de l’armée. Il est notamment reproché à ces derniers leur manque d’efficacité dans la lutte contre le terrorisme qui coûte de grands moyens à l’Etat. Ce sont ces derniers qui, rapportent nos sources, entretiennent ces mouvements d’humeur contre la garde rapprochée du président nigérien sont mécontent de leur situation et comptent régler ainsi leur compte au président. Le ministre de l’Intérieur est retenu par ces éléments mécontents, dans la Villa verte du palais. Le Chef de l’Etat et sa famille en ce qui les concerne sont à la résidence et se portent bien, selon une source proche de la présidence.

LIRE AUSSI: Niger: Mohamed Bazoum mis aux arrêts par sa garde présidentielle ?

Une situation confuse

Dans un message sur ses réseaux sociaux – qui a été en partie supprimé quelques minutes plus tard – la présidence du Niger affirme que « des éléments de la Garde présidentielle (GP) ont […] tenté en vain d’obtenir le soutien des Forces armées nationales et de la Garde nationale ». Elle ajoute que ces dernières sont prêtes « à attaquer les éléments de la GP impliqués dans ce mouvement d’humeur s’ils ne reviennent pas à de meilleurs sentiments ». Pour l’heure, difficle de trancher sur la question, mais aux dernières nouvelles, les Forces spéciales nigériennes, fidèles au président Bazoum, ont pris position autour de la télévision nationale. Les prochaines devraient pouvoir nous situer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page