A LA UNEAFRIQUEPolitique

Togo: l’opposition demande la reprise des opérations de recensement électoral

L’opposition togolaise a noté des défaillances dans les opérations de recensement électoral qui ont pris fin sur l’ensemble du territoire le 14 juin dernier. Jean-Pierre Fabre, principal opposant au président Faure Gnassingbé demande d’ailleurs, la reprise des opérations.

 

Les opérations de recensement électoral bouclées au Togo doivent-elle reprises notamment dans la zone 1? En tout cas, c’est ce que plusieurs partis d’opposition ont demandé à la Commission électorale nationale indépendante qui se préparait pourtant à afficher les listes pour les vérifications aux fins de déterminer un fichier définitif.

Lors du démarrage des opérations, la commission électorale nationale indépendante avait justifié la necessite de subdiviser le Togo en trois zones pour faciliter l’enrôlement de toutes les personnes en âge de voter. Ainsi donc, les zones 1 et 2, ont regroupé la région maritime, la région des plateaux et une partie de la région centrale. la zone 3 quant à elle, couvre une dernière partie de la région centrale puis les régions de la Kara et des Savanes. Ces opérations qui ont généralement démarré en début du mois de juin se sont déroulées avec beaucoup de défaillance selon l’opposition.

Il y a eu volonté d’organiser un recensement frauduleux.

Jean-Pierre Fabre

La zone 1 a surtout retenu l’attention de Jean-Pierre Fabre qui a d’ailleurs demandé la reprise des opérations de recensement dans ladite zone. Selon le président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), beaucoup de défaillance ont été enregistrées précisément dans la zone 1. L’opposant demande par conséquent au ministre de l’Administration territoriale de convoquer une réunion du Cadre permanent de concertation afin de trouver une solution durable à la question du recensement.

« Dans les zones dans lesquelles ces recensements ont eu lieu, il y a une volonté d’organiser un recensement frauduleux », confie-t-il à RFI. « Je prends le cas de la zone Maritime. À un moment donné, la CENI a interrompu les opérations de recensement alors que les files d’attente étaient encore longues dans les centres de recensement. Là, on tente d’empêcher les gens de s’inscrire», va-t-il expliquer.

Les demandes adressées ministre de l’Administration territoriale

Nous venons de saisir le ministre de l’Administration territoriale d’une lettre lui demandant de réunir le Cadre permanent de concertation, le CPC, pour examiner plusieurs questions en suspens, notamment la poursuite du recensement dans la zone Maritime. Ensuite, de veiller à ce que les inscriptions des mineurs et des étrangers dans la région Kara, etc. soient annulées. », a fait savoir le principal opposant du président Faure Gnassingbé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page