A LA UNEAFRIQUEPolitique

Togo: plusieurs personnalités saisissent le président de la Cédéao sur la situation sociopolitique

Un groupe de personnalités issues de divers horizons, y compris des membres de la société civile, des associations, des journalistes de plusieurs pays africains, ont exprimé leur préoccupation quant à la situation sociopolitique actuelle qui prévaut au Togo. A travers une lettre ouverte adressée vendredi 1er septembre 2023 à Bola Tinubu, président de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest, 26 points détaillant la situation politique au Togo sont évoqués.

 

Bola Tinubu invité à se pencher sur l’absence de l’alternance politique au Togo. Plusieurs personnalités ont exprimé à travers une lettre ouverte, leurs inquiétudes sur les critiques de plus en plus prononcées sur la dynastie Gnassingbé. En effet, les signataires dénoncent notamment des pratiques antidémocratiques qui sévissent au Togo, avec pour illustrations, les coups de force constitutionnels, institutionnels et électoraux, ainsi que les abus de pouvoir observés sous le régime du président Faure Gnassingbé.

Selon Bénin Web Tv, ces personnalités dont des membres de la société civile, des associations, des journalistes de plusieurs pays africains, ont mis dans leur lettre, un accent particulier sur la longévité au pouvoir du président togolais, ses tentatives de s’éterniser à la tête de l’État, et son refus de se conformer aux décisions de la Cour de justice de la CEDEAO.

LIRE AUSSI: Togo: l’Eglise catholique demande la levée des sanctions de la Cédéao contre «le peuple frère» du Niger

« La principale curiosité est que le Togo est le seul pays de la sous-région ouest- africaine à n’avoir pas connu d’alternance politique au sommet de l’État ; mais aussi, tous les chefs d’État de la sous-région qui ont accédé au pouvoir en 2005 comme Monsieur Faure Gnassingbé ont déjà quitté les reines du pouvoir et passé le témoin dans leurs pays respectifs. La seconde curiosité non moins condamnable est que la CEDEAO était à toutes les étapes de ces coups d’État et de force constitutionnels, institutionnels et les hold-up électoraux au Togo, particulièrement en 2005, 2010, 2015, 2018 et 2020« , ont-ils déploré dans leur courrier adressé au président en exercice de l’organisation sous-régionale.

LIRE AUSSI: Gabon: le général Oligui nomme un opposant d’Ali Bongo, Premier ministre

Un appel à des assises nationales

L’autre point saillant du courrier est la demande des signataires quant à la tenue d’assises nationales au Togo pour décrisper l’atmosphère politique. Ces assises, relève le courrier, auraient pour but d’engager des réformes politiques, électorales et sociales nécessaires pour résoudre la crise au Togo. Les signataires ont également formulé comme autres demandes, le retour des exilés politiques, la libération des prisonniers politiques et l’intervention de la communauté internationale sur ce qui se passe dans le pays.

LIRE AUSSI: Niger: la France entame des discussions avec les putschistes sur le retrait de ses forces

« Prévenir des coups d’Etat dans la sous-région »

Dans leur courrier, ces membres de la société civile, ces journalistes, etc. invitent Bola Tinubu à engager des actions concrètes visant à contribuer à une stabilité politique au Togo. « La situation au Togo demeure un enjeu crucial pour la CEDEAO et ses membres, et il est essentiel que des actions concertées soient entreprises pour promouvoir la stabilité, la démocratie et le respect des droits de l’homme dans la sous-région«, indiquent-ils. Par conséquent, ils exhortent la CEDEAO à jouer un rôle plus actif dans la résolution de la crise togolaise et à prendre des mesures pour consolider la démocratie et les droits de l’homme dans tous ses États membres.

Et ce, dans la perspective de contribuer à prévenir la propagation des pratiques antidémocratiques et des coups d’État dans la région.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page