A LA UNEBENINSociété

Violences électorales 2021 au Bénin : 24 jeunes jugés à la CRIET

Dans le cadre des violences électorales de 2021 au Bénin, 24 jeunes ont été jugés ce vendredi 31 mai 2024 par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET). Ce sont essentiellement des jeunes arrêtés à Parakou, dans le département du Borgou.

Ils étaient au total 24 jeunes hommes à être jugés à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) ce vendredi 31 mai 2024 à Cotonou. De jeunes mécaniciens, matelassiers, chasseurs et un fonctionnaire des eaux et des mines, tous sont poursuivis pour « atteinte à la liberté électorale » selon la justice béninoise.

Tout est parti des échéances électorales de 2021 ayant conduit à la réélection du Président Patrice Talon à la tête du pays. Dénoncée et contestée par l’opposition du parti au pouvoir, la présidentielle de 2021 a suscité des insurrections dans certaines parties du pays. C’est pourquoi, il est reproché aux prévenus de préparer des manifestations dans la ville de Parakou pour empêcher le déroulement des élections.


LIRE AUSSI : Bénin : une forte pluie fait d’énormes dégâts à Karimama


Les accusés plaident non coupable et se justifient

En effet, convoqués à la barre, les prévenus ont tous plaidé non coupable. Les mis en cause ont d’ailleurs expliqué au parquet les conditions dans lesquelles ils ont été arrêtés. Dix (10) parmi eux ont fait savoir à la Cour qu’ils ont été arrêtés au siège du parti « Les Démocrates » à Parakou. Neuf d’entre eux ont affirmé qu’ils étaient même en train de manger du riz quand les forces de l’ordre sont intervenus sur les lieux.

Le dixième s’est présenté comme un fonctionnaire comptable à la direction départementale des mines du Borgou. Il a expliqué aux juges de la juridiction spéciale qu’il s’était retrouvé dans les entourages du siège du parti Les Démocrates parce qu’il y avait donné rendez-vous à son cousin. Le cousin en question devrait venir le croiser non loin du siège du parti de l’opposition avec sa moto… etc.

La décision de la cour

Cependant, après avoir écouté la version de chacun, la CRIET a rendu son verdict. La Cour a condamné 13 prévenus à 38 mois de prison ferme et un million de FCFA et a relaxé 11 autres au bénéfice du doute. Selon Banouto, les prévenus disposent de 15 jours pour faire appel de la décision de la Cour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page