A LA UNEBENINSociété

Visite de travail à la GDIZ : « il y a une préoccupation qui doit être celle de tous les Béninois aujourd’hui…» dixit  Aboudoulaye Bio Tchané

Le mardi 18 juin dernier le ministre d’État en charge du Développement et de la Coordination de l’Action Gouvernementale, Abdoulaye Bio Tchané a effectué une visite de travail au sein de la Zone Industrielle de Glo-Djigbé (GDIZ). L'objectif de cette visite est d'évaluer l'état d'évolution de ladite Zone, mais aussi de s'enquérir d'éventuelles difficultés qui émergent en vue de leur règlement. 

En marge de la séance de travail tenue avec les responsables de la Zone Industrielle, Aboudoulaye Bio Tchané et sa délégation ont eu l’occasion de visiter plusieurs unités de production déjà fonctionnelles ou en cours d’installation. Il s’agit notamment des deux unités de formation et de confection des vêtements « Made in Benin », de l’unité intégrée de Textile ultramoderne (BTEX), de l’usine de fabrication des carreaux…etc.

En effet, selon la source gouvernementale, le ministre d’Etat était heureux de constater que plus de 12 entreprises sont déjà opérationnelles avec plus de 12.000 travailleurs. C’est une avancée existentielle parmi tant d’autres dans le développement de la GDIZ.


LIRE AUSSI : Bénin : réduction du nombre de membres à la CBDH et ajustements des critères de sélection


« Je suis heureux de constater la bonne avancée au niveau de la GDIZ. À ce jour, plus de 12 entreprises sont déjà opérationnelles avec plus de 12.000 travailleurs. D’ici la fin d’année, 14 autres unités seront opérationnelles. Et plus de 35.000 emplois directs seront créés. Les problèmes qui émergent à la suite du succès de la Zone seront réglés le plus rapidement possible », a confié Aboudoulaye  Bio Tchané, ministre du Développement et de la Coordination de l’Action du Gouvernement béninois.

Par ailleurs, témoin de l’évolution du centre industriel, ABT souligne un besoin impératif de fourniture des matières premières aux unités de production, c’est-à-dire les usines. Il lance à cet effet, un appel à l’endroit de tous les Béninois. « Il y a une préoccupation qui doit être celle de tous les Béninois aujourd’hui, c’est de nous assurer que ces usines, qui s’installent au niveau de la GDIZ, ont des matières premières. Fournir ces matières à ces unités est une question d’intérêt national », a -t-il lancé.

 Ce que prévoit l’Etat Béninois d’ici 10 ans

A en croire Aboudoulaye Bio Tchané, l’Etat béninois prévoit la création de 300.000 emplois directs d’ici 10 ans. « Nous voyons aujourd’hui que la transformation de ces matières premières crée davantage de valeurs ajoutées. 12.000 emplois directs déjà créés et 35.000 d’ici la fin d’année. Nous prévoyons d’ici 10 ans la création de 300.000 emplois directs. Nous devons donc veiller tous à ce que nos matières premières ne sortent pas du pays. C’est une question d’intérêt national » a mentionné le ministre d’Etat.

Il faut noter que cette zone sera équipée de toutes les installations répondant à des standards internationaux, développées par la Société d’Investissements et de Promotion de l’Industrie (SIPI-Bénin S.A.). La zone commerciale accueille tous les services d’appui, non industriels par nature et principalement orientés vers les différents services.

Les différents services en place à la GDIZ

Il s’agit entre autres, des services bancaires liés à la finance et à l’assurance, des services de réparation et d’entretien, les détaillants, et les hôtels. A cela, s’ajoutent les restaurants, les services de manutention douanière, les autres services de conseil, qui peuvent être nécessaires aux opérations industrielles et autres.

Toutefois, cette Zone industrielle de Glo-Djigbé, est venue rehausser davantage l’image de la République du Bénin au rang des grandes nations du continent africain. Aujourd’hui, le pays est devenu la cible des investisseurs étrangers et source d’attirance des touristes. Toutes ces actions concretes se résument par les efforts et les réformes courageuses conjugués par le gouvernement du Président Patrice Talon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page