A LA UNEAFRIQUEPolitique

Zimbabwé: Emmerson Mnangagwa réélu pour un second mandat, l’opposition crie à la fraude

Au Zimbabwé, la Commission électorale a proclamé les résultats des élections présidentielle et législative du mercredi 23 août et du jeudi 24 août 2023. Selon les chiffres publiés, le président Emmerson Mnangagwa a recueilli 52,6% des suffrages contre 44% pour Nelson Chamisa, son principal rival, à la tête de la Coalition des citoyens pour le changement (CCC). L'opposition conteste les résultats et crie à la fraude.

Emmerson Mnangagwa réélu président au Zimbabwé pour un second mandat. Les Zimbabwéens se sont rendus aux urnes mercredi et jeudi pour choisir leur président et leurs députés. Près de 69 % des inscrits ont pris part au vote. Le scrutin, qui devait se clore mercredi soir, a dû être prolongé d’une journée. Les cafouillages, et notamment le manque de bulletins dans les bureaux, se sont multipliés en particulier dans la capitale Harare, un bastion de l’opposition.

Tard dans la soirée de ce samedi 26 août 2023, la Commission électorale a proclamé la victoire du président sortant. M. Mnangagwa a obtenu 52,6 % des suffrages exprimés contre 44 % en faveur de Nelson Chamisa, à la tête du premier parti d’opposition, la Coalition des citoyens pour le changement (CCC) selon les chiffres de l’institution.

LIRE AUSSI: Présidentielle au Gabon: Ali Bongo accusé de fraudes, dépouillement sans internet et sous couvre-feu

Nous ne pouvons pas accepter les résultats.

Promise Mkwananzi, porte-parole du CCC

Premier parti d’opposition face au président réélu, le CCC qui avait déjà dénoncé des « fraudes » et des « entraves » lors du vote, a rejeté les résultats. « Nous n’avons pas entériné les résultats parce qu’ils sont faussés. Le contexte électoral et préélectoral n’était pas favorable, en particulier pour nous », a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) Promise Mkwananzi, porte-parole du parti. Et pour cause, il rappelle « circonstances déplorables » pour lesquelles, le scrutin a du être prorogé. En effet, initialement prévu mercredi, il avait dû être prolongé d’une journée supplémentaire à cause de dysfonctionnements logistiques : des retards à l’ouverture dans trois-quarts des bureaux de vote de la capitale, Harare, et des citoyens absents des listes électorales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page