A LA UNEAFRIQUESport

Au Cameroun, les clubs de football accusent Samuel Eto’o de « fraude à la nationalité »

L’Association des Clubs de Football Amateur du Cameroun (ACFAC), à travers un communiqué en date du 02 juillet 2024, a décidé d'intenter une action décisive contre Samuel Eto’o. Le président de la FECAFOOT est accusé de fraude à la nationalité.

Samuel Eto’o visé par une plainte pour fraude à la nationalité au Cameroun. L’Association des Clubs de Football Amateur du Cameroun (ACFAC) a argué dans un communiqué parvenu mardi à Africaho, que le président de la FECAFOOT possède la nationalité espagnole depuis 14 ans. Par conséquent, elle relève que la star du football camerounais n’est donc pas éligible pour diriger l’instance suprême du football camerounais.

Selon le communiqué, la décision de l’ACFAC intervient après une période de surveillance accrue concernant les qualifications de Samuel Eto’o à occuper le poste de président de la FECAFOOT. L’association soutient que la double nationalité du président de la FECAFOOT pose une question fondamentale sur sa capacité à représenter adéquatement les intérêts du football national.

Pour l’ACFAC, la fraude présumée à la nationalité compromet l’intégrité et la légitimité de la présidence de la FECAFOOT. Ils affirment que la loi est claire concernant les critères d’éligibilité pour les postes de responsabilité au sein des organisations sportives nationales, et que la nationalité est un critère indiscutable.

Samuel Eto’o n’a pas encore réagi publiquement à l’annonce de cette action en justice. Cependant, ses partisans et certains membres de la FECAFOOT pourraient être appelés à répondre aux accusations et à clarifier la situation juridique entourant sa nationalité.


LIRE AUSSI : Cameroun : incertitude sur l’avenir de Samuel Eto’o à la tête de la Fecafoot


La FECAFOOT attendue

La Commission d’éthique de la FECAFOOT devrait maintenant examiner attentivement les allégations formulées par l’ACFAC. Une décision claire de la part de la commission pourrait avoir des répercussions significatives sur le paysage footballistique au Cameroun et sur l’avenir de la gouvernance sportive dans le pays

Alors que l’affaire progresse, l’attention se porte sur la Commission d’éthique de la FECAFOOT pour déterminer si Samuel Eto’o a effectivement enfreint les règles concernant la nationalité et s’il devrait être démis de ses fonctions de président. L’enjeu dépasse largement le cadre du football, touchant à la transparence et à l’intégrité des institutions sportives nationales.

Africaho suivra de près l’évolution de cette affaire et fournira des mises à jour dès qu’elles seront disponibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page