A LA UNEBENINSociété

Bénin: le Procureur de Calavi apporte des clarifications sur la démolition de plusieurs maisons à Tankpè

Au Bénin, plusieurs habitants du quartier Tankpè à Abomey-Calavi, ont été mis à la rue, mercredi 23 août dernier, surpris par une démolition sans pitié de leurs maisons. L’acte qui a suscité de l’indignation au sein de l’opinion a fait réagir, le Procureur de la République près le Tribunal d’Abomey-Calavi, Aubert Kodjo qui, dans un communiqué publié ce lundi 28 août 2023, a apporté des clarifications sur le dossier.

 

« Il s’agit en effet, de l’exécution de la grosse de l’arrêt contradictoire n°120/20 rendu par la deuxième chambre de droit de propriété foncière de la Cour d’appel de Cotonou le 11 août 2020 relativement à l’affaire des héritiers de feu BANKOLE Félix Médard, Rep/ BANKOLE Hospice Raoul Macaire C/AITCHEDJI Marcelline et 12 autres », a relève d’abord le Procureur dans son communiqué parvenu à Africaho.

Réagissant ainsi à la polémique qui a enflé à la suite de l’opération de démolition qui a malheureusement mis à la rue de nombreuses familles, le magistrat précise que l’acte n’est pas hasardeux et qu’il s’agit bel et bien de l’exécution d’une décision de justice. « Les constructions concernées ont été identifiées puis répertoriées et les parties avisées. Des instructions ont été données à l’huissier de justice pour apprécier favorablement le cas des occupants qui se présenteront à lui dans le cadre d’une exécution pacifique. En dépit de ces dispositions, les occupants, en méconnaissance de la procédure, se sont abstenus de s’exécuter. », a-t-il fait remarqué.

Dans son communiqué, Le Procureur Aubert Kodjo explique c’est en exécution de la formule exécutoire mentionnée sur la grosse que les agents des forces de l’ordre ont été sollicités. Le parquet d’Abomey-Calavi dit avoir instruit la police de « prêter main-forte à l’exécution de la décision de justice ». Le magistrat a par ailleurs, invité les autres occupants concernés par la décision à se conformer au code foncier et domanial en République du Bénin.

LIRE AUSSI: Bénin: 04 présumés terroristes abattus par l’armée à Karimama

Les concernés se confient…

Le mercredi 23 août dernier, les propriétaires et locataires des maisons concernées se sont dit surpris par l’opération de démolition. En effet, Lucie Kakpo, pratiquement au soir de sa vie, a assisté à la destruction totale de sa maison, rapporte Bénin Web Tv. Une habitation érigée depuis 26 ans, informe-t-elle. « Ça fait 26 ans que j’ai intégré les lieux. On était là quand ils sont venus nous dire qu’on doit racheter le terrain. C’est à partir de ce jour qu’on s’est engagés dans un long processus au cours duquel nos interlocuteurs nous prenaient de petits sous« , a-t-elle déclaré. « Alors qu’on était en pleine négociation, ils sont venus démolir nos maisons, sans aucun avertissement préalable. Avec mon âge et mon état, que vais-je devenir sans ma demeure que j’ai tant souffert pour construire ? », va-t-elle s’interroger.

LIRE AUSSI: Bénin: le Bloc Républicain annonce un congrès extraordinaire pour septembre

Le président de l’Association de développement de Tankpè opine…

Interrogé par Bénin Web Tv, le Dr Augustin Kossi Ahoga, président de l’Association de développement de Tankpè, explique pour sa part qu’il s’agit d’un litige qui dure depuis plus de 30 ans. D’après lui, le dossier avait été porté devant les autorités judiciaires, avec en parallèle une procédure de négociation. L’un des protagonistes, qui n’avait pas de parcelle au départ, a obtenu plusieurs hectares en son nom, confie-t-il au média. Il cite d’ailleurs, l’arrêt N°120/20 du 11 août 2020 ayant attribué une bonne part du domaine en conflit à la famille Bankolé.

Le Dr Augustin Kossi Ahoga apprend entre autres, que l’Association des acquéreurs avait insisté pour avoir une délimitation claire du domaine attribué à la famille Bankolé afin de faciliter les discussions entre la famille et les occupants. Des négociations auraient été entamées et seraient toujours en cours entre les deux camps. Une séance était même en vue avec les autorités de l’Agence Nationale du Domaine et du Foncier (ANDF) jusqu’à ce que la démolition n’intervienne à la surprise générale des occupants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page