A LA UNEBENINSociété

Inondations au Bénin : 32 communes déclarées en état de catastrophe jusqu’au 31 mars 2024

Le bilan préliminaire des inondations survenues entre juillet et décembre 2023 au Bénin a été officiellement dévoilé. Un total de 32 communes, impactées par ces inondations, ont été placées en état de catastrophe jusqu'au 31 mars 2024, selon un arrêté émis par le Ministre de l'Intérieur et de la Sécurité Publique en date du 1er février 2024.

Les autorités béninoises ont publié un bilan provisoire relatif aux inondations survenues de juillet à décembre 2023 dans le pays. Selon 24hauBénin, ces inondations, qui ont touché 32 communes à travers le pays, comprennent des localités telles que Bonou, Adjohoun, Porto-Novo, Dangbo, Sèmè-Kpodji, Adjarra et Aguégués dans le département de l’Ouémé ; Malanville, Karimama, Kandi, Banikoara (Alibori) ; Kérou, Tanguiéta, Ouassa-Péhunco, Matéri dans l’Atacora ; Tchaourou, N’Dali, Sinendé (Borgou) ; Lokossa, Athiémé, Grand-Popo (Mono) ; Ouèssè, Savalou (Collines) ; Copargo, Djougou (Donga) ; Zangnanado, Ouinhi (Zou) ; Sô-Ava, Abomey-Calavi (Atlantique), Cotonou dans le Littoral ; Lalo dans le Couffo et Kétou dans le Plateau.


LIRE AUSSI : Bénin : report de la répression contre les motos sans plaque d’immatriculation


Des décès et des sinistrés

Le bilan provisoire des dégâts englobe 46 décès, 182 803 sinistrés, 211 écoles et 29 centres de santé endommagés, ainsi que des pertes significatives en agriculture et en cheptel. En outre, plusieurs ouvrages de franchissement ont été détruits et de nombreuses pistes de desserte rurale sont dégradées.

La déclaration d’état de catastrophe, prolongée jusqu’au 31 mars 2024, permet la mise en œuvre de mesures exceptionnelles, comprenant le déplacement forcé des populations sinistrées, des dérogations aux procédures de passation de marchés publics, et le déclenchement des instruments/mécanismes de réponse à l’urgence liée à la catastrophe. Des actions de solidarité nationale ou internationale en faveur des sinistrés sont également autorisées.

La coordination des opérations de réception, de gestion et de distribution de l’aide nationale ou internationale sera assurée par l’Agence Nationale de Protection Civile (ANPC) en collaboration avec la Direction Générale du Budget (DGB) du Ministère de l’Économie et des Finances (MEF) et les structures membres de la plate-forme nationale de réduction des risques de catastrophe et d’adaptation au changement climatique, selon les dispositions de l’arrêté ministériel daté du 1er février 2024.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page