A LA UNEAFRIQUE

Insécurité alimentaire en Afrique : une enquête conjointe de l’ONU et d’autres organisations explique les raisons

L'insécurité alimentaire va s'aggraver dans tous les pays étudiés au cours des prochains mois (juin et août 2024), sauf le Bénin, la Côte d'Ivoire et la Guinée. Une enquête menée par plusieurs organismes de l'UNICEF et l'Oxfam, en coordination avec les pays concernés et la Communauté Économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), a donné des explications sur les mobiles à l'origine de la crise alimentaire dans les pays concernés.

L’enquête a pris en compte plusieurs pays ouest-africains, notamment le Bénin, Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Sénégal, le Nigéria et le Cameroun en Afrique Centrale. En effet, plus de 50 millions d’habitants vont se retrouver dans des conditions précaires en ce qui concerne l’alimentation dans la prochaine période de soudure, c’est-à-dire entre juin et août 2024.

Conseiller technique en sécurité alimentaire et moyens de subsistance de l’ONG américaine International Rescue Committee, Sadou Soumana a apporté des explications sur la montée de la crise alimentaire selon la dernière enquête.

« Quand les conflits arrivent, ça détruit les vies, mais aussi, ça détruit les moyens de subsistance et ça occasionne des millions de déplacés. Ce sont principalement les agro-pasteurs qui laissent tout derrière eux. Ils sont appelés d’abord à dépendre de l’aide, y compris alimentaire. En plus, les champs ne sont plus exploités, ce qui affecte directement le niveau de la production agricole. On sait aussi que les troupeaux sont décimés. Donc ça affecte directement les principaux moyens de subsistance des éleveurs. C’est ce qui fait que les conflits jouent un rôle déterminant dans l’insécurité alimentaire », a indiqué le Conseiller technique.

Le changement climatique pointé du doigt.

Par ailleurs, l’autre facteur transparent de la cause de la crise alimentaire en Afrique, c’est le réchauffement climatique qui créé des déficits céréaliers chaque année. Car 80 % des ménages des pays sahéliens dépendent principalement de la nourriture pluviale.


LIRE AUSSI : Crise alimentaire en Afrique : de graves indicateurs révélés par l’Unicef et l’Oxfam


Sadou Soumana explique que le changement climatique, à travers l’augmentation de certaines fréquences de chocs, tels que les sécheresses, les inondations ou les ennemis des cultures, constitue un des accélérateurs de la dégradation des écosystèmes, y compris les exploitations agricoles.

Donc, à travers ces différents effets du changement climatique, il y a des déficits céréaliers qui sont observés au niveau de la zone chaque année. Le changement climatique, la sécheresse accélèrent aussi la pauvreté des sols, ce qui affecte le niveau de rendements au niveau de la zone.

Les solutions urgentes et durables doivent être apportées pour empêcher la famine en Afrique de l’Ouest et Centrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page