A LA UNEAFRIQUEEconomie

Le Bénin lève le blocage sur l’exportation de façon provisoire du pétrole Niger

Ce mercredi 15 mai 2024, le ministre béninois des mines, Samou Séidou Adambi a annoncé lors d'un point de presse conjoint avec une délégation chinoise, l’autorisation de chargement du pétrole nigérien bloqué à Sèmè-Podji dans un premier navire chinois. Il s’agit d’une autorisation « ponctuelle et provisoire ».

Les autorités béninoises lèvent provisoirement la décision de blocage d’embarquement du pétrole nigérien sur le sol béninois. C’est l’annonce qui vient d’être faite lors d’un point de presse conjointement animé par le Ministre béninois des Mines, Séidou Adambi et le représentant de la délégation chinoise en mission au Bénin.

Selon le ministre béninois, cette autorisation est « ponctuelle et provisoire » et ne constitue en aucun cas une approbation des actions entreprises par le Niger. Il a également souligné que le Bénin n’a aucune intention de porter atteinte aux intérêts du Niger ni à ceux de son partenaire chinois commun. Cette dernière référence désigne la China National Petroleum Corporation (CNPC), maison mère de la West African Pipeline Company (Wapco), qui exploite le pipeline acheminant le pétrole nigérien vers le Bénin.


LIRE AUSSI : Crise entre le Bénin et le Niger : l’UIB propose une médiation pour arriver à la paix


« Respect des termes de l’accord avec la Chine »

La présence de la partie chinoise lors du point de presse et sa rencontre avec le chef de l’État béninois plus tôt dans la journée ont été notées. Le ministre a également souligné l’engagement du Bénin à respecter les termes de l’accord avec la Chine.

Par ailleurs, le ministre a informé que la société Wapco a demandé une réunion interétatique entre le Bénin et le Niger pour examiner les questions urgentes liées à l’exportation du pétrole. Les autorités béninoises ont donné leur accord pour la tenue de cette réunion.

Cette autorisation provisoire d’embarquement du pétrole nigérien intervient après l’embargo imposé par le Bénin sur l’exportation du produit à partir de ses eaux. Le président béninois, Patrice Talon, avait justifié cette décision en raison du manque de réponse des autorités nigériennes à ses tentatives de normalisation des relations entre les deux pays après la fermeture des frontières consécutive au coup d’État de juillet 2023. Talon avait également exprimé sa frustration quant à la perception du Bénin comme un ennemi par les dirigeants nigériens, tout en refusant d’ouvrir les frontières terrestres.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page