A LA UNEAFRIQUEPolitique

Le duo Diomaye Faye et Gnassingbé, facilitateurs de la CEDEAO avec les pays de l’AES

À son retour du 65e Sommet des Chefs d’État et de Gouvernement de la CEDEAO à Abuja, le Président de la République du Sénégal, Bassirou Diomaye Faye, a été désigné Facilitateur de l'organisation pour les discussions avec les trois pays membres de l’Alliance des États du Sahel (AES) : le Burkina Faso, le Mali et le Niger. Cette nomination le voit collaborer étroitement avec le Président togolais, Faure Gnassingbé, dans le cadre de cette mission cruciale.

Bassirou Diomaye Faye et Faure Gnassingbé sont désignés par les Chefs d’Etat de la CEDEAO pour mener des discussions avec les autorités militaires au pouvoir au Mali, au Burkina Faso et au Niger. Investi le 2 avril 2024 seulement, le nouveau président sénégalais semble bien avoir la confiance de Bola Tinubu, Alassane Ouattara, Patrice Talon, Embalo Sissoco et des autres dirigeants de l’organisation sous-régionale ouest-africaine.

De son retour du 65ème sommet qui s’est tenu dimanche 7 juillet à Abuja, le successeur de Macky Sall a été mandaté aux cotés de Faure Gnassingbé, Chef de l’Etat togolais pour mener des discussions de portée décisive avec l’Alliance des Etats du Sahel désormais présidée par le Colonel Assimi Goïta, Président de la transition au Mali.

Raffermir les liens entre les pays de l’AES et la CEDEAO

Faut-il le rappeler, le Président Bassirou Diomaye Faye, en plus des sujets domestiques prioritaires retenus dans le cadre du sommet, a abordé cette nouvelle responsabilité lors de ses déclarations. Dans une vidéo publiée ce lundi, il a d’ailleurs rappelé le visites d’Etat qu’il a déjà menées dans les pays de la sous-région, et tout particulièrement, les pays qui sont dans des “velléités de départ de la CEDEAO”. Pour lui, cette démarche qu’il a menée juste après après son investiture s’inscrit non seulement dans le cadre du raffermissement des liens entre ces pays et la CEDEAO – le Mali, le Burkina Faso et le Niger – mais aussi avec le Sénégal, son pays.


LIRE AUSSI : AES: la première session parlementaire de la confédération annoncée au Burkina-Faso


Notre responsabilité, c’est de travailler à rapprocher les positions, à les réconcilier, à faire en sorte qu’il puisse avoir une plage de dialogues entre l’organisation et les parties prenantes, notamment l’Alliance des Etats du Sahel. Et j’espère que d’ici la fin du délai de préavis, qu’il y aura assez de discussions qui permettront de réconcilier les positions.

Bassirou Diomaye Faye

Cette nomination reflète l’importance accordée par la CEDEAO à la résolution des tensions et des défis auxquels font face ces pays membres, notamment en matière de sécurité et de stabilité régionale. Elle souligne par ailleurs, souligne l’engagement du Sénégal à jouer un rôle clé dans la médiation et la facilitation des discussions au sein de la CEDEAO, en vue de promouvoir la paix et la coopération au sein de la sous-région ouest-africaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page