A LA UNEAFRIQUESécurité

Niger : les magistrats annoncent une grève de 72 heures contre les ingérences du pouvoir exécutif

Le Syndicat Autonome des Magistrats du Niger (SAMAN) a décidé d'une grève de 72 heures sans service minimum sur l'ensemble du territoire national, du 1er au 3 juillet 2024. Cette décision fait suite à ce que le syndicat qualifie de « violations des principes et valeurs » fondamentaux du pouvoir judiciaire par le pouvoir exécutif.

L’exécutif nigérien aujourd’hui représenté par le général Abdourahamane Tiani serait-il entrain de s’immiscer dans les affaires judiciaires au Niger ? C’est ce que dénoncent le collectif des syndicats qui a d’ailleurs annoncé une grève de 72 heures dans le pays.

En effet, dans un préavis de grève publié le 26 juin 2024 et parvenu à Africaho, le Syndicat Autonome des Magistrats du Niger (SAMAN) a clairement exprimé son opposition aux immixtions du gouvernement dans les affaires judiciaires. La grève vise spécifiquement à protester contre la levée présumée illégale de la garde à vue de deux policiers accusés de violences contre un magistrat à Tillabéry en juin 2023. Les magistrats estiment que de tels actes sapent la séparation des pouvoirs et l’indépendance judiciaire, des principes protégés par les conventions internationales ratifiées par le Niger.

La grève, qui se déroulera de 8h à 17h30 chaque jour, s’annonce comme un geste fort pour attirer l’attention sur ces préoccupations cruciales. Le SAMAN a également exprimé sa volonté de dialoguer avec les autorités pour trouver des solutions durables à ces problèmes, tout en appelant les militants à rester solidaires pendant ce mouvement de protestation.

Cette action du SAMAN reflète une préoccupation sérieuse quant à l’indépendance du pouvoir judiciaire au Niger et souligne l’importance de respecter les normes internationales en matière de droits et de justice.


LIRE AUSSI : Crise Bénin-Niger : Yayi et Soglo explorent avec d’anciens présidents du Niger, des pistes de résolution


Plus d’informations à venir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page