BENINMONDE

Reine Alapini-Gansou, juge béninoise, élue 2è Vice-Présidente de la Cour Pénale Internationale

Lors du renouvellement de son instance dirigeante, la Cour pénale internationale (CPI) a élu Reine Alapini-Gansou, une juge béninoise, en tant que 2è vice-présidente. L'élection a eu lieu lors d'une plénière réunissant les juges le lundi 11 mars 2024. Cette nomination témoigne de la reconnaissance du Bénin à l'échelle internationale.

Reine Alapini-Gansou, née le 11 août 1956 à Abidjan, a été élue juge à la CPI le 5 décembre 2017, lors de la seizième session de l’Assemblée des États parties à l’ONU. Elle a pris ses fonctions le 11 mars 2018 pour un mandat de neuf ans, devenant ainsi la première femme béninoise à occuper ce poste. Au sein de la CPI, elle a traité des affaires complexes dans des pays tels que la Libye, la République démocratique du Congo, le Mali et la Géorgie.


LIRE AUSSI : Presse en ligne au Bénin : Barnabas Orou Kouman élu président de l’UNaMEL-Bénin


Reine Alapini-Gansou possède une vaste expérience et une solide formation académique. Elle est diplômée d’un DEA en Droit et Politique de l’Environnement des Universités de Lomé, Maastricht et Bhoutan, ainsi que d’une maîtrise en Droit des Affaires et Carrières Judiciaires de l’Université nationale du Bénin. Elle a également obtenu des diplômes en droit international et droits de l’homme de plusieurs institutions renommées. En tant qu’avocate au barreau du Bénin depuis 1986, elle a également travaillé avec des organisations internationales telles que la Conférence internationale des barreaux à Paris et l’Organisation internationale pour le droit du développement à Rome.


LIRE AUSSI : Réforme du code électoral au Bénin : 08 recours déposés devant la Cour Constitutionnelle


Reine Alapini-Gansou est reconnue pour son expertise en droit international, droit de l’homme, droit commercial et des affaires, droit du travail et droit pénal. Sa nomination en tant que 2è vice-présidente de la CPI renforce son engagement en faveur de la justice internationale et de la protection des droits fondamentaux à travers le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page