A LA UNEAFRIQUEPolitique

Togo : malgré l’obtention d’un siège aux législatives, l’ANC boycotte l’Assemblée nationale

L'Alliance Nationale pour le Changement (ANC), principal parti d'opposition au Togo, a annoncé qu'elle ne siégerait pas à l'Assemblée nationale, malgré l'obtention d'un siège lors des législatives du 29 mars 2024.

Au Togo, l’ANC boycotte l’Assemblée Nationale. Réunis vendredi 31 mai au siège à Lomé, les cadres du parti d’opposition ont décidé à l’unanimité de siéger au sein de la nouvelle mandature du parlement togolais. Ils dénoncent en effet, les nombreuses irrégularités qui, selon eux, ont entaché le double scrutin, rendant les résultats inacceptables.

Dans un mémorandum, l’ANC accuse le processus électoral de multiples fraudes, notamment un recensement électoral frauduleux, un découpage électoral discriminatoire, et la complicité de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Ils reprochent également l’utilisation abusive des ressources de l’État pour influencer les résultats.


LIRE AUSSI : Togo : Allahare Dimini, le nouveau Chef d’Etat-major général officiellement installé


Le parti critique aussi la prolongation illégale du mandat des députés sortants, et conclut que ces manœuvres ont faussé les résultats, ne reflétant pas la volonté réelle du peuple togolais.

Jean-Pierre Fabre, le seul élu de l’ANC, rejette catégoriquement le processus et les résultats des élections. Pendant ce temps, Faure Gnassingbé et son parti, l’Union pour la République (UNIR), ont remporté ce double scrutin de manière décisive.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page