A LA UNEBENINSociété

Bénin : 02 cadres de la mairie de Savalou exclus de la commande publique

Au Bénin, l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP), par une décision en date du 20 juin 2024, a prononcé l'exclusion de la Personne Responsable des Marchés Publics (PRMP) et du Chef de la Cellule de Contrôle des Marchés Publics (C/CCMP) de la commune de Savalou. Cette décision fait suite à des irrégularités constatées dans les procédures de passation d’appels d’offres pour plusieurs projets dans la commune.

L’ARMP poursuit visiblement le ménage au sein des personnels qui animent la commande publique au Bénin. Après les récentes suspensions et exclusions prononcées récemment, l’organe de régulation a épinglé à nouveau, deux cadres de la commune de Savalou. Selon l’information rapportée par 24hauBénin, la Personne Responsable des Marchés Publics (PRMP) de la commune de Savalou et le Chef de la Cellule de Contrôle des Marchés Publics (C/CCMP) ont été exclus de la commande publique au Bénin.

En effet, Madame S. Ida Tossou Dadavoudou, PRMP de Savalou, est exclue de la commande publique pour une durée de sept ans, allant du 1er juillet 2024 au 30 juin 2031. M. Jean-Claude Gbedo, Chef de la C/CCMP de la même commune, est quant à lui exclu pour une période de cinq ans, du 1er juillet 2024 au 30 juin 2029.


LIRE AUSSI : Marchés publics au Bénin : l’ARMP ordonne la suspension de la PRMP d’Abomey-Calavi


Les raisons évoquées par l’ARMP

D’après les précisions du média, cette mesure intervient après des irrégularités constatées sur des appels d’offres publiés le 6 avril 2022 pour divers projets de construction et de réhabilitation. Ces projets incluent notamment la construction de boutiques, de modules de classes, et de clôtures pour les bureaux d’arrondissement. L’Autorité de Régulation des Marchés Publics, suite à des contrôles et des dénonciations de deux entreprises soumissionnaires pour présomptions d’irrégularités, a ordonné l’annulation de ces procédures.

L’ARMP indique Mme Tossou Dadavoudou a violé les principes de liberté d’accès à la commande publique, de transparence et d’égalité de traitement des candidats. Les irrégularités incluent l’insertion de critères discriminatoires dans les dossiers d’appel à concurrence. Pour sa part, M. Jean-Claude Gbedo a manqué aux règles de contrôle à priori et a permis le lancement d’appels d’offres comportant des critères discriminatoires. Il est accusé de co-auteur de la violation des principes de commande publique en favorisant des pratiques non transparentes et non objectives.

Cette décision marque une réponse ferme aux irrégularités constatées et vise à renforcer la transparence dans les procédures de commande publique au Bénin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page