A LA UNEAFRIQUEPolitique

Nicéphore Soglo et Boni Yayi tentent de résoudre la crise entre le Bénin et le Niger

Les anciens présidents béninois Nicéphore Soglo et Boni Yayi se rendent à Niamey le lundi 24 juin 2024 en qualité de médiateurs pour apaiser la crise entre le Bénin et le Niger. L'annonce de leur mission a été faite par la cellule de communication des anciens présidents du Bénin le dimanche 23 juin 2024.

Tous deux respectivement prédécesseurs à Patrice Talon, le président à la tête du Bénin depuis 2016, Nicéphore Soglo et Boni Yayi s’invitent dans la crise qui secoue leur pays et le Niger depuis l’arrivée au pouvoir du général Abdourahamane Tiani. Dans un communiqué publié dimanche, les deux anciens présidents ont annoncé leur descente à Niamey ce lundi 24 juin 2024. Le communiqué consulté par Africaho parle notamment d’échanges attendus entre les deux personnalités béninoises et leurs hôtes, visant à « contribuer à rétablir les relations cordiales, fraternelles et mutuellement avantageuses établies par les pères de nos indépendances ».

L’initiative a d’ailleurs été approuvée par les autorités militaires au pouvoir au Niger depuis le renversement du président Mohamed Bazoum le 26 juillet 2023. En effet, le général Tiani et ses hommes sont dos à dos avec le Bénin dirigé par Patrice Talon. Les deux camps s’accusent mutuellement sur des divers points liés à la sécurité, la diplomatie et plus précisément sur la gestion du pipeline.


LIRE AUSSI : Niger : enlèvement du Préfet de Bilma par un nouveau groupe politico-militaire


« Désamorcer la crise entre le Bénin et le Niger »

Dans le communiqué publié par la cellule de communication des deux anciens présidents béninois, Nicéphore Soglo et Boni Yayi ont principalement souligné l’importance de maintenir la coexistence pacifique séculaire entre le Bénin et le Niger. Ils veulent ainsi unir leurs efforts pour désamorcer la crise actuelle.

Faut-il le rappeler, cette initiative de médiation intervient après la levée des sanctions de la CEDEAO contre le Niger par le Bénin et la réouverture de ses frontières, contrairement au Niger qui maintient les siennes fermées. Cette situation a exacerbé les tensions diplomatiques entre les deux pays, marquées par des accusations réciproques.

Le dernier développement de cette crise est l’interpellation et la condamnation, le lundi 17 juin 2024, de cinq ressortissants nigériens au port béninois de Sèmè-Podji, aggravant ainsi les tensions déjà palpables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page