A LA UNEAFRIQUESécurité

Le Kenya envoie des forces de sécurité pour lutter contre les gangs en Haïti

Le président William Ruto a présidé une brève cérémonie le lundi 24 juin à Nairobi pour marquer le départ du premier bataillon kényan à destination de Haïti. Ce contingent de forces de sécurité fait partie d'une mission internationale approuvée par les Nations unies, visant à stabiliser et sécuriser Haïti face aux défis posés par les gangs armés qui sévissent dans le pays caribéen.

Initialement prévu depuis octobre, le départ de contingent militaire kényan pour Haïti est désormais effectif. Ce déploiement qui avait subit des controverses a finalement été rendu possible par la signature d’un accord entre le Kenya et Haïti le vendredi 21 juin, établissant les paramètres de la mission.

Le ministre kényan de l’Intérieur, Kithure Kindiki, a salué le départ du premier groupe de policiers kényans. Dans son message, il a également souligné l’importance de cette mission pour la sécurité internationale. Les 400 premiers membres de cette mission devraient arriver à Port-au-Prince dans les prochains jours.


LIRE AUSSI : Haïti : Garry Conille nomme un nouveau gouvernement


William Ruto, président du Kenya a remis le drapeau national à ces recrues lors d’une cérémonie à l’Académie de police de Nairobi, pour marquer ainsi le début officiel de la Mission multinationale d’appui à la sécurité en Haïti (MMAS). Le général Geoffrey Otunge a été désigné pour commander la mission, accompagné de hauts gradés de la police kényane.

Faut-il le rappeler, ce déploiement est soutenu par les États-Unis, qui ont récemment alloué environ 110 millions de dollars pour financer cette initiative cruciale visant à stabiliser Haïti, confronté à une crise sécuritaire persistante.

Ce premier contingent est suivi de près par un deuxième bataillon, prévu dans les quinze prochains jours, renforçant ainsi l’engagement du Kenya à contribuer à la paix et à la sécurité internationales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page